Un budget resserré pour les fêtes de fin d’année

Un budget resserré pour les fêtes de fin d’année
  • 4

La majorité des Français prévoient de moins dépenser cette année pour les fêtes.

Un budget resserré pour les fêtes de fin d’année
Crédit photo © iStock

Au terme de presque deux années d’inflation élevée, les Français vont encore surveiller de près leurs dépenses pour les festivités de Noël et du Nouvel An. Et une bonne majorité d’entre eux devraient encore réduire le budget consacré à cette période : d’après une enquête Ifop/Flashs pour le courtier Ymanci.fr, ce sont près de huit personnes sur dix (79%) envisagent ainsi un budget resserré par rapport à l’année dernière pour ces dépenses. Une tendance qui touche toutes les catégories de revenus, y compris les foyers les plus aisés (plus de 2.500€ nets de revenu par personne) qui sont 56% à déclarer qu’ils vont également réduire leurs dépenses.

Pour réduire ces frais, 65% vont consacrer moins d’argent aux cadeaux, et 61% pour les repas qu’ils organisent. Enfin, près d’une personne sur deux déclare par ailleurs qu’elle visitera moins ses proches.

Plus de 800€ de budget prévu en moyenne

Le budget prévisionnel des Français consacré cette année aux fêtes atteint en moyenne 823,50€, d’après une étude comparative menée fin novembre entre des épargnants Français et Britanniques par Opinium pour l’appli Plum. Un peu plus de 160€ devraient être dédiés à l’achat de cadeaux pour les enfants, et environ autant pour ceux des adultes.

A lire aussi...Comptage

L’enveloppe prévue pour les achats alimentaires apparaît en moyenne plus limitée, à 144,6€. Le budget "voyage" tombe à 93,2€. Les loisirs (81,2€), les boissons (72,2€), la décoration (53,3€) et d’autres dépenses non qualifiées (57,2€) complètent ce budget.

Les ménages puiseront pour l'essentiel dans leur compte courant (81%). 21% seulement envisagent d’utiliser leur épargne, et une minorité (13%) envisage de recourir à l’emprunt.

Pour réduire leurs dépenses, deux cinquièmes (43%) des Français ont prévu de cuisiner tout le repas du réveillon chez eux. Et s'ils devaient choisir la partie du repas de Noël à abandonner pour économiser de l'argent, ce serait le plateau de fromages pour 31% d'entre eux, note par ailleurs l’enquête de Plum.

LE prix de la dinde

Les denrées alimentaires continuent de subir une inflation importante, qui fera mécaniquement grimper l'addition des repas de fêtes. Selon les relevés du courtier financier eToro, un menu "typique" en France, composé d'une dinde farcie accompagnée de foie gras, de marrons et d'œufs, coûtera en 2023 81,70€ pour une famille de quatre personnes, les 5 kg de dinde représentant à eux seuls un montant de presque 69€ (contre 66,5€ en 2022).

Les dépenses pour les fêtes, facteur de stress

Les deux sondages (Plum et Ymanci.fr) montrent par ailleurs que la question financière est un important facteur de stress pour les ménages, et plus généralement d’exclusion sociale, en particulier chez les classes moyennes et populaires. Elle l’est, de fait, particulièrement en cette période propice aux dépenses et aux réunions familiales.

Selon l’enquête Plum, près d'un Français sur cinq (17%) déclare qu'il a envisagé de ne pas fêter Noël cette année en raison de l'augmentation du coût de la vie, une proportion qui atteint même 30% chez les 18-34 ans en France.

Du côté du sondage Ymanci.fr, six Français sur dix se déclarent stressés par le budget qu’ils doivent consacrer aux cadeaux de Noël, une part qui monte à sept personnes sur dix chez les ménages modestes (moins de mille euros nets mensuels par tête) et reste notoire même du côté des plus aisés (près d’une personne sur deux gagnant plus de 2.500 euros nets mensuels).

Un peu plus de deux personnes sur dix déclarent avoir été confrontées à des problèmes financiers ces douze derniers mois. 43% ont rencontré des difficultés sociales pour cette raison, 33% y lient des épisodes "intenses" de stress, d’anxiété ou de nervosité.

©2023-2024
L'Argent & Vous

Plus d'actualités Quotidien

Chargement en cours...

Toute l'actualité