Pour réduire la dépense publique et améliorer son empreinte carbone, l’Etat veut optimiser la gestion de son immobilier

Pour réduire la dépense publique et améliorer son empreinte carbone, l’Etat veut optimiser la gestion de son immobilier
  • 6

Moins de surface par agent, vente et location d'une partie du parc public devraient permettre de générer plusieurs milliards d'euros d'économies d'ici à la fin du quinquennat.

Pour réduire la dépense publique et améliorer son empreinte carbone, l’Etat veut optimiser la gestion de son immobilier
Crédit photo © Romuald Megnieux/SIPA

L’assainissement des Finances publiques passera également par l’optimisation du patrimoine immobilier de l’Etat, a fait savoir cette semaine le gouvernement. Entre réduction de la surface occupée, vente de certains biens et rénovation, il espère réaliser plusieurs milliards d’euros d’économies par an, a confirmé le ministre du Budget, Thomas Cazenave.

Pour la gestion de son parc immobilier, estimé à quelque 73 milliards d’euros, l’Etat entend réduire la surface moyenne d’occupation par agent public, actuellement de 24 mètres carrés, à 16 mètres carrés environ, pour récupérer un milliard d’euros par an grâce aux économies générées sur la consommation d’énergie, l’entretien et les espaces loués.

Création d'une foncière d'Etat

La vente de certains bâtiments devrait générer 5 milliards d’euros, sans compter des revenus fonciers supplémentaire avec la mise en location d’une partie du parc.

A lire aussi...Comptage

Ces opérations, qui nécessiteront un ensemble d’ajustements (déménagements, relocations, préparation des ventes etc.), seront pilotées par une future foncière d’Etat, qui sera également en charge de l’entretien du parc public et de la perception des loyers. Après une période d’expérimentation l’année prochaine, qui sera lancée dans une ou deux régions test, indique le ministre, le fonctionnement de la foncière devrait être étendu à l’ensemble du territoire national, explique Thomas Cazeneuve.

Enfin, la rénovation énergétique du parc fera l’objet d’une enveloppe de 550 millions d’euros, avec l’objectif affiché, pour ces travaux, de réduire la consommation énergétique de l’immobilier de l’Etat de 25% d’ici à 2026.

©2023-2024
L'Argent & Vous

Plus d'actualités Immobilier

Chargement en cours...

Toute l'actualité