Immobilier : la production de crédits a bu la tasse en 2023

Immobilier : la production de crédits a bu la tasse en 2023

Le volume des crédits à l'habitat accordés l'année dernière a enregistré une sacrée chute par rapport à 2022. Avec la baisse enclenchée des taux d'emprunt, les mois à venir s'annoncent plus cléments.

Immobilier : la production de crédits a bu la tasse en 2023
Crédit photo © Mourad ALLILI/SIPA

L'année 2023 aura enregistré une belle chute du niveau de la production des crédits immobiliers. Durant cette période exceptionnelle de remontée des taux d'intérêt et de forte inflation, les ménages ont vu fondre leur pouvoir d'achat comme neige au soleil, avec des conditions d'accès au crédit drastiquement réduites.

Près de 90 milliards d'euros de crédits en moins sur un an

En témoignent encore les derniers chiffres de la Banque de France, publiés ce lundi : en novembre, la production de crédits à l'habitat hors renégociations s'établit à 8,7 Mds€ (après 9,2 Mds€ en octobre et en septembre), pour un montant cumulé sur douze mois de 146 milliards d’euros... en chute de 89 milliards d’euros par rapport à la même période l’année précédente (235 milliards d’euros) ! La Banque de France anticipe par ailleurs une nouvelle petite baisse de la production pour le mois de décembre à 8,6 Md€.

La forte hausse des taux de crédit immobilier, continue durant 21 mois successifs jusqu’en octobre dernier – combinée à un marché de l’immobilier relativement attentiste côté vendeurs – aura donné un coup d’arrêt à la production de ces emprunts en 2023.

A lire aussi...Comptage

Depuis le début 2022 où ils se situaient encore proches de 1%, les taux d’emprunt ont plus que quadruplé, entraînant une baisse d’environ 30% de la capacité d'emprunt des Français à cause de la règle de limitation du taux d'endettement à 35% des revenus.

Accalmie du niveau des taux d'emprunt

Bonne nouvelle cependant pour la nouvelle année : le pouvoir d’achat d’immobilier des Français, et ainsi, leur accès au crédit immobilier, devraient s’améliorer en ce début d’année alors qu’avec l’accalmie des marchés obligataires, un mouvement à la baisse des taux de crédit immobilier s’est enclenché après deux mois de quasi-stabilisation, que le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) a légèrement assoupli les conditions d’octroi de ces crédits et que face à la poursuite attendue de la baisse des prix au 1er semestre, les vendeurs semblent enfin prêts à négocier.

Des banques plus disposées à prêter

Après une période 2023 de disette pour le secteur, les banques sont aussi plus disposées à prêter davantage et à élargir leurs offres pour capter divers profils d’emprunteurs, en accordant par exemple certains coups de pouce, notamment aux jeunes candidats à l’accessions, comme des prêts à taux bonifié, en complément ou non du PTZ.

Grande nouveauté aussi de ce début 2024, une caisse régionale d’un réseau bancaire vient d’annoncer la réouverture des demandes de financement sur des durées supérieures à 25 ans, allant même jusqu’à 30 ans, cet établissement comptant utiliser la marge de dérogation aux règles du HCSF sur une petite partie de sa production de crédits (la durée d’emprunt est limitée à 25 ans ou à 27 ans dans le neuf et sous conditions de travaux dans l'ancien).

©2024
L'Argent & Vous

Plus d'actualités Immobilier

Chargement en cours...

Toute l'actualité