Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Xavier Gandrille, Gérant du fonds Macro Allocation Dynamique

Xavier Gandrille Gérant du fonds Macro Allocation Dynamique

La correction donne l'occasion de revenir à l'achat...
Xavier Gandrille, Gérant du fonds Macro Allocation Dynamique

Boursier.com : Comment appréciez-vous la petite consolidation actuelle des marchés ?

X.G. : Les tendances positives qui prévalaient précédemment ont tendance à s'essouffler. Les indices n'ont pas connu de consolidation depuis longtemps et quelques prises de bénéfices apparaissent dès lors bien légitimes... Sur la durée, le contexte général devrait néanmoins continuer de mettre en évidence une hausse des actions et une baisse des taux.

Boursier.com : Vous considérez donc que les actions européennes ont encore un potentiel d'appréciation additionnel...

X.G. : On note une réévaluation des perspectives économiques en Europe, y compris en France qui apparaît comme étant le pays le plus lesté. Cela devrait conduire à une révision en hausse des résultats des entreprises de la part des analystes. Dans un contexte de course au rendement, les investisseurs devraient ainsi continuer de privilégier la classe d'actif la plus porteuse à savoir les actions européennes.

Boursier.com : Comment voyez-vous évoluer le prix du pétrole ?

X.G. : On assiste à l'éclatement d'un cartel avec un affrontement à fleuret moucheté entre l'Arabie Saoudite et l'Iran. Dès lors que le prix du baril repart à la hausse, la production, notamment américaine, est appelée à augmenter. Globalement, le marché du pétrole est déséquilibré avec une offre abondante.

Boursier.com : Les taux devraient-ils demeurer bas ?

X.G. : La Banque Centrale Européenne achète l'équivalent de 60 Milliards d'Euros d'obligations par mois. Ce montant représente à peu près 2,5 fois l'offre des pays de la zone en matière d'émission de dette souveraine. On peut considérer que les mesures de la BCE arrivent un peu tard et qu'elles n'auront pas un effet considérable... En Europe, l'effet richesse lié à la hausse des marchés actions est plus faible que dans le monde anglo-saxon. En outre, il n'existe pas actuellement de contraintes liées au manque de liquidité. Au-delà de ces remarques, les mesures de la BCE sont de nature à caper le niveau des taux longs. L'inflation sous-jacente demeure faible et la productivité est inscrite sur une tendance baissière ce qui induit une faible croissance. Le niveau des taux longs devrait donc demeurer sur de bas niveaux...

Boursier.com : Doit-on profiter d'un trou d'air sur les actions pour renforcer leur allocation dans les portefeuilles ?

X.G. : Effectivement, une petite correction donne l'occasion de revenir à l'achat pour ceux qui ont manqué le premier train de la hausse. On peut se placer sur le secteur automobile, les constructeurs mais aussi les équipementiers. Les bancaires constituent un autre secteur intéressant... On peut suivre des valeurs comme BNP Paribas, Société Générale, Natixis ou Crédit Agricole...

©2015-2020,