Vincent Boy, Analyste marché chez IG

Vincent Boy Analyste marché chez IG

Des titres à jouer, d'autres à franchement éviter...
Vincent Boy, Analyste marché chez IG

Boursier.com : Quels titres à jouer en cas de rechute des marchés ?

V.B. : Des sociétés apparaissent plus résilientes que d'autres dans le contexte actuel d'entrée en récession : Orange, Iliad dans les télécoms, marché qui ne subit pas la rupture économique actuelle contrairement à d'autres. La baisse du titre d'Orange fait logiquement progresser son rendement. Les dividendes, dans le secteur, devrait demeurer élevés, même si le ministre de l'Economie a demandé un effort à ce sujet. Le secteur de la santé, avec Sanofi, doit aussi traverser la période sans être touché dans son modèle, même si les valeurs baissent, avec le marché, pour des raisons de liquidité, ce qui donne des points d'entrée intéressants.

Boursier.com : La stratégie de recherche de rendement est-elle encore pertinente étant donné les dividendes entièrement (Airbus) ou fortement (Unibail, Lagardère...) coupés ?

V.B. : Les actions ayant fortement reculé, les rendements demeurent globalement élevés, malgré les coupes, sauf évidemment cas spécifiques où tout le dividende est supprimé. Sur le long terme, la stratégie demeure pertinente sur les groupes au bilan solide.

Boursier.com : Avec quels titres jouer le confinement ?

V.B. : Les jeux vidéo se jouent en ligne et donc profitent du confinement. Ubisoft a largement résisté à la chute des marchés... Son portefeuille de jeux est assez large et va en profiter. La famille fondatrice a démontré sa capacité à protéger le groupe. Et au-delà de la crise actuelle, une nouvelle génération de consoles va arriver en fin d'année, ce qui va dynamiser le secteur. Nacon qui vient de s'introduire, est aussi un dossier intéressant dans le secteur, de même que sa maison-mère Bigben, qui consolidera 80% des résultats de Nacon et profitera aussi des nouvelles générations de consoles à travers ses accessoires. Il peut être intéressant de conserver les deux.

Boursier.com : La belle résistance des distributeurs alors que le marché chutait signe une sacrée revanche sur ces dernières années de sous-performance...

V.B. : Carrefour est plutôt bien placé, Casino aussi, mais son endettement demeure un sujet, de même que reviendra sur le tapis la question du modèle hypermarché, une fois la crise passée... En outre, est-ce que les marges des distributeurs vont vraiment progresser dans le cadre de cet emballement des ventes alimentaires ? Pas sûr.

Boursier.com : Quid de l'automobile, constructeurs et équipementiers?

V.B. : Le secteur automobile risque de souffrir longtemps. Une fois la crise passée, ce n'est pas forcément l'achat d'une automobile, qui va motiver les consommateurs. Les achats chers pourraient être décalés... La consolidation, dans le secteur, pourrait être forcée par la crise actuelle.

Boursier.com : Un secteur et des valeurs à jouer à titre (très) spéculatif... ?

V.B. : Les compagnies aériennes! Beaucoup vont disparaître! La moitié comme l'indique l'agence internationale de l'aviation, si aucun soutien public n'intervient... Mais a priori, toutes les mauvaises nouvelles sont dans les cours de bourse aujourd'hui et les acteurs les plus solides pourraient jouer les consolidateurs et ressortir gagnants de la crise. On imagine mal Air France, qui a deux Etats à son capital pour 30% au total, faire faillite. La nationalisation initialement évoquée, Bruno Le Maire a ensuite parlé de solutions différentes pour sauver la compagnie... N'oublions pas non plus l'effondrement du baril de pétrole, principal coût pour une compagnie aérienne, qui soutiendra tout redémarrage du secteur. Attention évidemment, le risque est important en Bourse, notamment en raison de la durée incertaine des confinements et donc de la reprise des vols!

©2020,