Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Sébastien Hénin, Directeur de la gestion chez The National Investor

Sébastien Hénin Directeur de la gestion chez The National Investor

Le marché Boursier saoudien, nouvel eldorado !
Sébastien Hénin, Directeur de la gestion chez The National Investor

Boursier.com : Vous dirigez la gestion d'actifs au sein de la société The National Investor (TNI) qui oeuvre dans les pays arabes. Pouvez-vous nous présenter TNI ?

S.H. TNI est la plus ancienne banque d'affaires des Emirats Arabes Unis... Nous investissons à travers le monde arabe via plusieurs fonds. Nous intervenons principalement sur deux marchés : Dubaï et Abu Dhabi, qui pèsent environ 250 Milliards de Dollars. Riyad est aussi une place financière importante de la région, par les volumes traités quotidiennement, environ 2,2 Milliards de Dollars, et par sa capitalisation, environ 550 Mds$.

Boursier.com : La bourse saoudienne vient de s'ouvrir aux investisseurs étrangers. Peut-elle les séduire ?

S.H. : C'est en effet un événement considérable qui vient de se produire dans cette région... Il s'agissait du dernier gros marché de la planète à rester fermé aux investisseurs étrangers. Bien que le pays ne soit pas inclus avant deux ou trois ans dans les indices actions émergents (MSCI, FTSE ou S&P), nous pensons qu'il pourrait attirer de nombreux investisseurs étrangers au cours des mois à venir, compte tenu d'un certain nombre de facteurs : diversité, liquidité, faible corrélation avec les autres marchés émergents, démographie. Le marché saoudien pourrait devenir l'eldorado des places de la région !

Boursier.com : Quelle est la performance du marché saoudien depuis le début d'année ?

S.H. : Le Tadawul, indice phare saoudien, progresse de plus de 10% depuis le 1er janvier... Une faiblesse de ce marché peut résider dans la part écrasante des investisseurs particuliers, ce qui peut provoquer beaucoup de volatilité. C'est d'ailleurs aussi dans cette optique, visant à plus d'efficience et moins de volatilité, que les autorités de marché cherchent à séduire les investisseurs institutionnels internationaux. La gestion d'actifs n'est pas encore très développée dans la région, hormis via les véhicules des fonds souverains, qui d'ailleurs n'investissent plus dans la région pour diversifier leur approche. Mais le poids de la zone dans le MSCI world devrait progresser avec l'ouverture du marché saoudien aux investisseurs internationaux, qui mettra un coup de projecteur dessus...

Boursier.com : Le marché boursier saoudien n'est-il pas trop dépendant du pétrole ?

S.H. : L'économie du Royaume dépend beaucoup du pétrole, effectivement, mais le marché boursier saoudien n'est pas tant que cela corrélé aux variations du prix du baril. Le poids des valeurs bancaires et financières pèse par exemple pour 1/3 de l'indice ! Et le poids des valeurs Energies est inférieur à celui de l'indice MSCI world.

Boursier.com : Le pays intéressera-t-il avant tout les gérants spécialisés dans les pays émergents ?

S.H. : Il est difficile de classer l'Arabie Saoudite parmi les pays émergents... Le pays dispose de 700 Milliards de Dollars de réserves, ce qui lui confère les moyens de tenir son taux de change. En ce sens, contrairement aux autres pays émergents qui ont connu des épisodes douloureux avec leurs devises et qui affichent toujours ce risque, les investisseurs trouveront un pays dé-risqué. Dans le même temps, le pays dispose aussi des nombreux atouts de croissance qui caractérisent les pays émergents : il existe ainsi dans le Royaume une importante classe moyenne qui ne cesse de croître... L'Arabie Saoudite peut aussi se permettre de lourds investissements d'infrastructure, dans les ports, les voies ferrés, mais aussi l'Education, la Santé, son budget étant particulièrement sain.

Boursier.com : L'aspect géopolitique ne risque-t-il pas de refroidir les investisseurs ?

S.H. : Le risque terroriste et les conflits régionaux qui touchent l'Irak, la Syrie ou le Yémen ne sont pas importés en Arabie Saoudite. Il n'y a pas d'enjeu domestique en la matière, ce qui doit rassurer les investisseurs internationaux...

©2015-2020,