Samy Chaar, Chef économiste de Lombard Odier

Samy Chaar Chef économiste de Lombard Odier

Nous réduisons progressivement le risque dans les portefeuilles
Samy Chaar, Chef économiste de Lombard Odier

Boursier.com : Quelles sont vos perspectives macroéconomiques ?

S.C. : Aux Etats-Unis, l'économie va bien avec un chômage au plus bas depuis 60 ans. On note toutefois que cette expansion est boostée par des stimuli fiscaux avec un creusement du déficit budgétaire ce qui est inhabituel à ce stade du cycle économique. Cette croissance de l'économie américaine conduit à une saturation de l'outil de production et à un manque de main d'oeuvre disponible. Cela entraîne une normalisation de l'inflation...

Boursier.com : La fin de cycle est-elle proche aux Etats-Unis ?

S.C. : Avec une croissance des salaires qui se situe autour de +3% et un coût du capital qui est en train de monter du fait de la hausse des taux, l'hypothèse d'une fin de cycle est en effet sur la table. En réalité, on approche de la fin du cycle aux Etats-Unis mais ce n'est pas encore d'actualité...Les conditions financières demeurent favorables même si elles sont clairement moins accommodantes que ces dernières années. Les investisseurs reconnaissent que la période de l'argent gratuit est désormais terminée, l'environnement est devenu plus laborieux...

Boursier.com : A quel niveau les taux américains deviendront-ils inquiétants pour la croissance ?

S.C. : Nous considérons que le taux d'intérêt court terme aux Etats-Unis ajusté de l'inflation se situe dans une zone dangereuse à partir de 1% ou 2%. Ce taux d'intérêt court terme ajusté de l'inflation est attendu à 1% fin 2019... En clair, la zone rouge pour le taux court terme est de 3%-3,5%. La capacité de croissance de l'économie américaine est devenue plus faible compte tenue d'une démographie moins favorable, de la baisse des gains de productivité et d'une dette trop élevée. La croissance potentielle des Etats-Unis se situe autour de 1,5% selon nous.

Boursier.com : Pourquoi la Fed pourrait-elle remonter ces taux vers la zone dangereuse ?

S.C. : Si la Fed perd le contrôle de l'inflation, elle sera contrainte de monter ses taux plus vite que prévu mais nous ne croyons pas trop à cette hypothèse... Si l'endettement en dehors du secteur financier augmente rapidement, le rythme de hausse des taux devrait aussi s'accélérer pour limiter cette dérive...

Boursier.com : Dès lors que la fin de cycle sera effective, que peut-on attendre des marchés financiers ?

S.C. : Une fin de cycle aux Etats-Unis provoque habituellement une baisse de 20% à 30% des marchés financiers. Ce repli devrait être moins marqué qu'au cours d'une crise systémique où la chute des indices boursiers peut excéder 40%...

Boursier.com : Comment ajustez-vous vos portefeuilles ?

S.C. : Alors que de nombreux défis existent pour 2019, nous réduisons progressivement le risque dans les portefeuilles. Nous sommes ainsi proche du point neutre sur les actions. Nous privilégions néanmoins la croissance visible, les technologiques et la santé... Nous sommes totalement sortis du crédit high yield et nous sous-pondérons le crédit investment grade. En revanche, nous achetons du yen, du franc suisse pour couvrir les risques. Chez Lombard Odier, nous optons aussi pour une stratégie dite absolute return et pour du crédit court terme...

©2018,

Partenaires de Boursier.com