Raphaël Thuin, Responsable des stratégies de marchés de capitaux chez Tikehau Capital

Raphaël Thuin Responsable des stratégies de marchés de capitaux chez Tikehau Capital

Compte tenu du contexte, un positionnement défensif nous semble pertinent.
Raphaël Thuin, Responsable des stratégies de marchés de capitaux chez Tikehau Capital

Boursier.com : Craignez-vous une récession ?

R.T. : La question centrale ici est bien celle de l'ampleur et de la durée du ralentissement économique. Les investisseurs semblent privilégier un scénario d'atterrissage en douceur, avec un ralentissement économique limité et d'assez courte durée. Chez Tikehau Capital, nous bénéficions d'une lecture assez privilégiée des tendances de l'économie réelle, grâce à nos différentes activités et participations. Ce que nous observons nous invite à davantage de prudence.

Boursier.com : Pour quelles raisons ?

R.T. : Notre vision est celle d'une décélération plus prononcée de l'économie. L'évolution des chiffres d'affaires des entreprises risque de ralentir sur le second semestre avec un consommateur qui semble s'essouffler. Les indices de confiance sont au plus bas et la croissance du revenu des ménages en termes réels est négative. De plus, on perçoit un changement d'habitude avec une réorientation des achats vers les biens de consommation du quotidien, la nourriture. Le consommateur se détourne des biens onéreux, et mieux margés, au profit de biens essentiels.

Boursier.com : Que peut-on attendre des résultats des entreprises ?

R.T. : Les marges des entreprises devraient souffrir sur la seconde partie de l'année. Avec une dynamique inflationniste qui affecte les coûts de production, des chaînes d'approvisionnement encore contraintes, un cycle haussier des cours des matières premières et des pressions salariales, les entreprises rencontreront des difficultés à maintenir leur profitabilité. Nous pourrions donc assister à un effet ciseaux, combinant un ralentissement de la croissance du chiffre d'affaires avec une compression des marges.

Boursier.com : Quelle attitude adopter sur les marchés actions ?

R.T. : Compte tenu du contexte, un positionnement défensif nous semble pertinent. L'inflation est au plus haut depuis 40 ans et n'a cessé de surprendre depuis le début d'année. Les banques centrales sont par ailleurs en retard et mènent une course-poursuite pour resserrer leurs politiques monétaires. Aussi, avec le Covid, la guerre en Europe et les tensions géopolitiques, les risques et incertitudes ne manquent pas. Comment justifier dans ces conditions de payer sur le marché action des multiples de valorisation assez élevés, souvent supérieurs aux moyennes historiques ? Toutefois, malgré d'importantes dislocations, des mouvements parfois extrêmes et le retour de la dispersion, des opportunités existent. Pour s'en saisir, prudence et sélectivité seront selon nous les attitudes à privilégier.

©2022