Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Nourane Charraire, Directeur de la Gestion - Gérante Actions et Diversifié chez Mansartis

Nourane Charraire Directeur de la Gestion - Gérante Actions et Diversifié chez Mansartis

LVMH, Schneider Electric, Korian...
Nourane Charraire, Directeur de la Gestion - Gérante Actions et Diversifié chez Mansartis

Boursier.com : Pourquoi juger préférable de demeurer " sous exposé " aux actions, comme vous le faites ?

N.C. : La lecture des marchés s'avère particulièrement compliquée cette année ! Trois éléments complexifient l'analyse des marchés. Les tensions géopolitiques en Europe (Italie, Brexit...) et entre les Etats-Unis et la Chine fragilisent le scénario de croissance mondiale autour de 3%. Deuxièmement, les données macro-économiques divergentes ajoutent à ce manque de visibilité : la production manufacturière ralentit aux Etats-Unis et en Chine, mais aussi en Europe, alors que la consommation, qui demeure une composante importante du PIB, se maintient partout sur le globe et soutient la croissance mondiale... Enfin, dernier point d'inquiétude, les pressions baissières fortes sur le marché obligataire, avec l'inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis, et l'ensemble de la courbe des taux en Europe qui passée en territoire négatif... Ce qui témoigne du pessimisme à long terme des investisseurs.

Boursier.com : Ces éléments d'incertitudes semblent toutefois contrebalancés, pour les investisseurs actions, par les espoirs de voir les banques centrales amplifier leurs politiques accommodantes...

N.C. : Les marchés actions ont effectivement continué à progresser et affichent une résilience assez étonnante. Notre sous-exposition aux actions date de mai 2018. Nous avons donc enregistré de bonnes performances cette année-là, étant donné la fin d'année difficile sur les marchés. Cette sous-exposition a été maintenue lors des premiers mois de 2019 et accrue à partir de mai 2019. Nous avons poursuivi les prises de bénéfices, alors que nos surperformances étaient assez significatives. Pour autant, la toile de fonds économique reste positive et une consolidation pourrait nous faire revenir sur les marchés actions. Les valorisations sont en ligne avec leur moyenne historique, Tandis que la consommation soutient encore la croissance et que les politiques monétaires des banques centrales sont accommodantes.

Boursier.com : Le fonds Europe de Mansartis progresse de plus de 20% depuis le 1er janvier. Qu'est ce qui tire votre performance ?

N.C. : Le fonds Europe a surperformé en 2018, année baissière, et il surperforme aussi en 2019 en marchés haussiers ! Nous n'avons pas pour autant la martingale ! On peut avancer des éléments d'explications : tout d'abord, le fonds n'est pas benchmarké : nous ne sommes, par exemple, pas positionnés sur les valeurs pétrolières ou bancaires. Ensuite, notre stratégie d'investissement est stable quelle que soit la tendance de marché, ce qui nous apporte de la récurrence dans nos performances. Nous sélectionnons en effet les entreprises susceptibles de délivrer des performances opérationnelles quel que soit l'environnement de marché. Nous avons ainsi déterminé trois thématiques d'investissement de long terme qui doivent permettre d'assurer une certaine récurrence des bénéfices pour les sociétés les adressant : la consommation des classes moyennes émergentes, l'innovation industrielle et technologique avec notamment la digitalisation de l'économie et enfin la thématique environnementale et sociale en lien avec le vieillissement de la population. Les sociétés que nous avons sélectionnées, présentes sur ces trois thématiques, bénéficient de trend de croissance très forts. Parmi les meilleures performances, on peut citer l'équipementier ophtalmologiste Carl Zeiss qui affiche une croissance de 8% et des marges soutenues. La société coche deux de nos thématiques : le vieillissement de la population et l'innovation. LVMH a aussi largement contribué à la performance du fonds. Nous sommes aussi présents sur Richemont....

Boursier.com : Quelle est la part de valeurs françaises dans le fonds ? Quelles sont vos convictions les plus fortes ?

N.C. : Les valeurs françaises représentent environ 60% du fonds, mais il s'agit d'une résultante du stock-picking et non d'une stratégie d'investissement. Parmi les principales lignes françaises que nous détenons en portefeuille, on peut citer L'Oréal, Téléperformance, Dassault Systèmes, Air Liquide...

Boursier.com : Sur quels titres vous êtes-vous récemment positionnés ?

N.C. : Schneider Electric a été introduite en portefeuille cette année. Nous misons sur une revalorisation de la société en lien avec l'évolution de son modèle économique. La valeur est encore trop perçue comme un équipementier électrique, alors qu'il s'agit d'une vraie valeur de croissance, tournée vers les logiciels industriels. Elle mériterait pourtant d'être valorisée comme une véritable valeur de croissance au vu de l'évolution de son modèle et de ses produits !

Boursier.com : Pourquoi être à la fois sur Orpea et sur Korian ? Les gérants ont habituellement leur préféré...

N.C. : Nous détenons Orpea depuis plusieurs années, Korian plus récemment. C'est étonnant de constater comment deux sociétés opérant sur les mêmes marchés peuvent afficher des performances opérationnelles aussi divergentes, ce qui a été le cas jusqu'en 2017... Avant cette date, Orpea affichait une croissance d'environ 10% et était assise sur un management de qualité. Korian a subi jusqu'à cette date une instabilité forte dans son management, ce qui a amené des stratégies peu cohérentes. Lorsque Sophie Boissard a pris la tête de Korian, elle a rapidement mis en place une stratégie permettant à la société d'atteindre une performance opérationnelle normalisée. Aujourd'hui, ses performances opérationnelles sont proches de celles d'Orpéa !

©2019-2020,