Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Nicolas Chéron, Stratégiste chez CMC Markets

Nicolas Chéron Stratégiste chez CMC Markets

Il s'agit d'un trou d'air estival...
Nicolas Chéron, Stratégiste chez CMC Markets

Boursier.com : Après la sévère correction sur les marchés, quel scénario privilégiez-vous ? Le pessimiste qui pense que le risque de contagion depuis la Chine est réel, ou l'optimiste qui explique que le chute n'est qu'un accident ?

N.C. : Je m'attendais à une correction cet été... Le mouvement de hausse avait été trop rapide : entre octobre 2014 et avril 2015 le Dax avait par exemple progressé de +50% ! La consolidation, certes brutale, apparaissait comme nécessaire. L'étincelle chinoise l'a provoquée, dans un contexte estival où de nombreux opérateurs n'étaient pas là, des volumes faibles exacerbant les mouvements et provoquant des décalages puissants... Selon moi, il s'agit d'un trou d'air estival. Des plus bas à 4.250 points ont été touchés. Les gérants liquides étaient présents à ce niveau, ils ont vu le point bas. Par la suite, la course au papier a redémarré avec un fort rebond des marchés actions après la séance noire du lundi 24 août.

Boursier.com : A vos yeux, le rebond enregistré mardi est-il crédible ou bien technique avant la reprise de la baisse ?

N.C. : Etant donné le seuil testé lundi à la baisse, il était légitime de rebondir. Mais désormais, la balle est au centre : qui des vendeurs ou des acheteurs prendra le dessus ? Difficile à dire... Il sera compliqué de retrouver le niveau des 5.200 / 5.300 points sans donnée fondamentale favorable. Je pense donc que le marché devrait se stabiliser.

Boursier.com : Une entrée dans un marché baissier est-elle pour autant totalement exclue ?

N.C. : La mise en place d'un "bear market" est possible mais il en faudra plus... Plus de baisse, plus de volumes, plus de "raisons" de chuter que le simple ralentissement chinois dont nous sommes déjà au fait depuis deux ans. Sous 9000 sur le DAX, 1800 sur le SP500, 16000 sur le Nikkei, nous parlerions alors de retournement effectif à moyen/long terme et de risque de dérapage plus profond. Même si ce scénario ne serait guère étonnant, j'ai la vague impression que cela viendra "plus tard"...

Boursier.com : Les attentes sont désormais autour de la politique de la Fed...

N.C. : Mon scénario personnel est qu'il n'y aura pas de hausse des taux américains en 2015. Ou bien de 0.25 point seulement, sous la forme d'un acte forcé, consistant à ne pas faire perdre sa légitimité à Janet Yellen. Les données fondamentales de l'économie américaine ne légitiment pas une hausse de taux.

Boursier.com : Les observateurs des marchés sont de plus en plus critiques vis-à-vis des politiques des banques centrales...

N.C. : Il faudra bien qu'un jour, les autorités monétaires se rendent compte que les programmes de "QE" ne servent à rien, hormis à gonfler les marchés de façon artificielle. Nous évoluons aujourd'hui dans des marchés administrés par les Banques centrales et les autorités monétaires. Et, selon moi, cela devrait encore durer. Si un accident majeur devait intervenir sur les marchés, en 2016, je pense que la Fed annoncerait un QE numéro 4...

Boursier.com : Dans l'immédiat, doit-on se repositionner à 4.500 points sur le CAC40 ?

N.C. : Le fait d'avoir touché un plus bas de un an lors de la chute de 8% lundi en séance et que cela ne tienne pas, prouve que les gérants, disposant de liquidités étaient présents et ont saisi l'occasion pour procéder à des rachats à bon compte... En rebondissant violemment mardi, on a solidifié le mouvement haussier de long terme...

©2015-2020,