Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Michel Douin, Gérant de portefeuille chez Cholet Dupont

Michel Douin Gérant de portefeuille chez Cholet Dupont

Repondérer nos portefeuilles en cas de retour autour de 4.150 points
Michel Douin, Gérant de portefeuille chez Cholet Dupont

Boursier.com : On comprend le rebond de 25% du Marché parisien, poussé notamment par les mesures de la BCE et des gouvernements. Néanmoins, on imagine mal les marchés aller plus haut. Quel est votre avis?

M.D. : A très court terme, la tendance des marchés est difficile à anticiper. On a du mal à se positionner à l'achat en l'absence de visibilité. Pour autant, les niveaux de valorisation apparaissent acceptables dans certains secteurs. A noter que les carnets d'ordres sonnent creux, ce qui provoque des variations fortes à la baisse ou à la hausse sans véritable raison. Un élément de soutien pourrait être constitué par le cash disponible chez les maisons de gestion. Dans un horizon moyen terme, on peut toujours considérer que les actions demeurent le meilleur placement, ou en tout cas le moins mauvais! Dans le cadre de notre allocation, nous avons la volonté de repondérer nos portefeuilles en cas de retour à 4.150 points.

Boursier.com : Les inconnues demeurent fortes sur les perspectives bénéficiaires des entreprises...

M.D. : Les dirigeants sont dans l'incapacité de chiffrer les conséquences de la crise et logiquement aussi incapables de livrer des perspectives. En conséquences, s'il y a un prix de marché sur chaque entreprise, il est difficile de savoir s'il correspond à sa valeur... Les niveaux actuels des marchés ne pas jouent pas le scénario du pire et les projections des analystes témoignent du fait que tous n'ont pas révisé à la baisse leurs estimations et malheureusement, on n'est pas encore à l'abri de mauvaises surprises. L'impact de la crise sera sans doute véritablement matérialisé lors des publications du deuxième trimestre. D'ici là, on peut espérer une révision des analystes qui permettra peut-être d'éviter les déceptions lors des publications. En outre, les perspectives des entreprises pour la fin d'année et le début de 2021 seront déterminantes pour l'évolution des marchés.

Boursier.com : Aux niveaux actuels, faites-vous le choix des valeurs de qualité ayant le mieux résisté ou bien y a t-il des coups à jouer parmi celles ayant le plus souffert ?

M.D. : Nous aimons toujours les belles valeurs de croissance. Elles se payent déjà cher, mais c'est ce qu'aime le marché : Air Liquide, EssilorLuxottica, Sanofi, les valeurs technologiques, notamment américaines, Amazon, Microsoft... Ces dossiers demeurent en portefeuille et la question est sans doute de savoir s'il faut s'intéresser à nouveau aux dossiers décotés, "values". Force est de constater que le Marché n'en veut toujours pas. Il ne veut pas de valeurs financières, de valeurs cycliques...

Boursier.com : Justement que penser des banques? Entrées dans la crise sur des bilans très solides mais qui pourraient être rattrapées, dans les prochains mois, par la récession économique...

M.D. : Le Marché n'en veut pas! Le secteur se paye 0,40 fois la valeur nette comptable, un niveau très faible mais les opérateurs demeurent frileux, à tort ou à raison. Si on raisonne à long ou très long terme, acheter certains dossiers, comme Société Générale à 13 Euros, peut toutefois faire sens. Mais à court terme..

Boursier.com : Que pensez-vous des pétrolières?

M.D. : Total est devenu une valeur de trading étant donné ses fortes variations! Sur ses cours actuels, on peut considérer qu'il n'y a pas grand risque à acheter du Total, néanmoins, à court terme, avec la volatilité des prix du pétrole, il faut avoir conscience que les fluctuations peuvent demeurer fortes et certains portefeuilles peuvent ne pas supporter ce risque-là. Je serai plus à l'aise à acheter du Total à 25 Euros. Et de la même façon, avec un titre Air Liquide à 105 Euros, EssilorLuxottica à 100 Euros, Amazon à 1800$ du Apple à 200$...

©2020,