Matthieu Grouès, Directeur des Gestions Institutionnels chez Lazard Frères Gestion

Matthieu Grouès Directeur des Gestions Institutionnels chez Lazard Frères Gestion

Les valorisations sont redevenues attractives...
Matthieu Grouès, Directeur des Gestions Institutionnels chez Lazard Frères Gestion

Boursier.com : Craignez-vous une récession aux Etats-Unis en 2019 ?

M.G. : Notre scénario est davantage celui d'une poursuite de l'expansion de l'économie américaine. Certains éléments ont pu inquiéter dernièrement les opérateurs comme l'inversion de la courbe des taux, la guerre commerciale ou la baisse de l'ISM manufacturier. Mais la plupart des signes avant-coureurs d'une récession ne sont pas là, tant du côté des inscriptions au chômage que des mises en chantiers ou des profits des entreprises. Dans ces conditions, la probabilité d'une inversion du cycle économique aux Etats-Unis est extrêmement faible avant 9 à 12 mois. Néanmoins, un ralentissement de la croissance américaine semble inévitable cette année avec la fin de l'effet booster des baisses d'impôts.

Boursier.com : Quelle est la situation de l'économie chinoise ?

M.G. : Les inquiétudes concernant l'évolution de la croissance dans le pays ont récemment augmenté. Les enquêtes PMI se sont dégradées et le relèvement des droits de douane peut avoir un effet potentiel important sur la croissance de l'économie chinoise. Mais les autorités ont engagé un plan de soutien avec des mesures de relance. Des baisses d'impôts significatives pour les ménages vont prendre effet en 2019. De plus, la TVA et l'impôt sur les sociétés pourraient diminuer. Jusqu'à présent, le gouvernement de Pékin a toujours réussi à bien piloter la croissance du pays. Rappelons que l'économie chinoise était auparavant basée sur les investissements et le crédit... Aujourd'hui, le modèle devient plus stable car il repose davantage sur la consommation des ménages.

Boursier.com : Concernant l'Europe, que peut-on attendre de la nouvelle année ?

M.G. : Le ralentissement de la croissance européenne en 2018 a été amplifié par différents facteurs non récurrents comme l'incertitude politique en Italie, les grèves en France ou les nouvelles normes d'homologation dans l'automobile... Cette année, les revenus des ménages en Europe devraient augmenter avec la hausse des salaires et la baisse des prix du pétrole qui redonne du pouvoir d'achat. En outre, la politique budgétaire va être plus favorable notamment en France, en Italie mais aussi en Allemagne...

Boursier.com : Quelles sont vos suggestions d'investissement ?

M.G. : Les investisseurs ont adopté en fin d'année 2018 un positionnement très défensif qui ne correspond pas à l'état actuel de l'économie mondiale. En conséquence, les valorisations sont redevenues attractives. Dès lors, nous recommandons une position tactique acheteuse sur les actions tout en ayant à l'esprit de rester flexible. Le cycle économique des pays développés est en effet mature, on se situe ainsi dans la dernière phase de l'expansion aux Etats-Unis...

©2019,

Partenaires de Boursier.com