Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Marco Bruzzo, DG délégué de Mirabaud Asset Management

Marco Bruzzo DG délégué de Mirabaud Asset Management

Le potentiel du Cac40 autour de 5.400 points, d'ici la fin de l'année
Marco Bruzzo, DG délégué de Mirabaud Asset Management

Boursier.com : La crise grecque est-elle inquiétante ?

M.B. : Face à cette situation, la bourse de Paris apparaît très solide. L'indice vedette est même légèrement au-dessus de ses niveaux de la mi-juin. A travers cette crise, l'Allemagne veut faire passer le message qu'on ne peut pas faire n'importe lorsqu'on est au sein de la zone Euro. On peut raisonnablement penser que la Grèce va demeurer au sein de la zone Euro mais pas à n'importe quelles conditions.

Boursier.com : La situation serait donc bien différente de celle de l'été 2011...

M.B. : La donne a effectivement beaucoup changé. L'engagement de l'ensemble des banques à l'égard de la Grèce est aujourd'hui de 5 Milliards d'Euros alors que le total de leur bilan est de 32.000 Milliards d'Euros... Les montants en jeu sont donc très faibles. En outre, via le Quantitave Easing, la Banque Centrale Européenne est en mesure de gérer les éventuelles tensions qui pourraient apparaître sur les pays périphériques. Aux Etats-Unis, après le trou d'air observé sur le premier trimestre, les indicateurs se redressent avec un environnement de meilleure qualité. De plus, la situation économique en Europe s'améliore. Le crédit tend à repartir, l'investissement bénéficie de signaux positifs et les résultats des entreprises ressortent en amélioration. Après une période marquée par les économies de coûts et les restructurations, un levier opérationnel important existe sur les marges avec la reprise de la croissance des ventes.

Boursier.com : Vous êtes donc relativement serein...

M.B. : Après une période estivale qui pourrait être caractérisée par quelques secousses liées aux développements de la situation en Grèce, nous misons sur une reprise des marchés actions alors que les liquidités demeurent abondantes. On notera d'ailleurs que les taux devraient se maintenir sur des niveaux relativement bas. On peut penser que le potentiel du Cac40 est d'une dizaine de pourcents sur ces niveaux actuels d'ici la fin de l'année, soit un objectif situé autour de 5.400 points. La prime de risque est attractive et le rendement offert par les actions est plutôt élevé.

Boursier.com : Quelles valeurs retenez-vous ?

M.B. : Nous avons aujourd'hui un biais cyclique. Au vu de l'écart de performance enregistré sur les dernières années, les valeurs cycliques affichent une importante décote sur les défensives. Les secteurs à privilégier sont l'automobile, la construction et les banques. Dans l'automobile, nous apprécions les constructeurs Peugeot et Renault tandis que Faurecia est bon marché parmi les équipementiers. La reprise de la construction neuve va profiter à Nexity qui délivre un dividende quasi-garanti.

Boursier.com : Pourquoi appréciez-vous le compartiment bancaire ?

M.B. : Les banques françaises se payent 0,9 fois leur actif net contre 1,1 pour la moyenne des banques européennes. Ce retard ne se justifie pas dans un contexte de reprise des résultats. Le bénéfice par action des banques françaises devrait progresser en moyenne de 15% par an sur les trois prochaines années. En revanche, nous sommes prudents sur l'agroalimentaire, les biens de consommation non cycliques, les foncières ou les utilities.

©2015-2020,