Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Marc Réveillaud, Gérant d'ID France Smidcaps

Marc Réveillaud Gérant d'ID France Smidcaps

Nous anticipons un rattrapage des petites capitalisations boursières
Marc Réveillaud, Gérant d'ID France Smidcaps

Boursier.com : La légère sous-performance des petites et moyennes capitalisations françaises depuis le 1er janvier est-elle à entériner ? (NDLR : +2% pour le CAC40, -4% pour le CACsmall et -2% pour le CAC Mid & Small) Doit-on d'ores et déjà considérer que 2018 sera une année de sous-performance de cette classe de valeurs ?

M.R. : Pas nécessairement, on attend encore des publications solides d'ici la fin d'année. Les publications du deuxième trimestre ont été bonnes avec quelques exemples de très bons résultats comme Kaufman & Broad ou Delta Plus. Le contexte économique demeure favorable aux petites et moyennes capitalisations : la consommation des ménages et le niveau d'emploi, sont solides. Certes, nous pouvons parfois encaisser des déconvenues boursières à court terme, comme celle qui vient de toucher les équipementiers automobile, suite à l'annonce de Continental mercredi, mais nous restons optimiste sur le potentiel boursier de ce secteur.

Boursier.com : Fondamentalement, qu'est-ce qui explique la sous-performance?

M.R. : Après des années de fortes hausses, et de surperformance par rapport au marché, les petites et moyennes capitalisations ont sans doute besoin de souffler quelque peu. A leur niveau actuel, elles ne paraissent pas surévaluées. Les valeurs françaises affichent un ratio moyen de VE/ROC 2018 de 13. Certains secteurs sont en dessous comme par exemple celui des équipementiers automobiles à 8 fois...

Boursier.com : Alors que les risques actuels sur les marchés sont internationaux, les petites et moyennes capitalisations moins exposées à l'international, devraient résister...

M.R. : L'augmentation des taxes aux importations par les États-Unis est sans doute l'une des principales causes de la chute des commandes à l'industrie allemande (qui ont plongé de 4 % sur un mois en juin après une hausse de 2,6 % en mai). Les petites et moyennes capitalisations sont globalement moins exposées, car plus dépendantes des marchés domestiques. Nous anticipons un rattrapage des petites capitalisations boursières. Les flux acheteurs reviennent. L'avantage de notre segment des petites capitalisations est d'avoir une intra corrélation moins forte que celle que nous retrouvons sur les plus grandes capitalisations. Autre avantage, nous sommes en dehors des ETF qui ont tendance à créer de la volatilité et de la corrélation sur les valeurs.

Boursier.com : Quelle conséquence de la progression du Dollar sur les petites et moyennes capitalisations?

M.R. : Le niveau actuel de l'Euro/Dollar semble plus favorable. Si la progression du Dollar a pesé au premier semestre, l'effet inverse est possible pour le deuxième semestre. Début juillet, l'euro dollar se rapprochait de ses niveaux de fin 2017 il est à 1,16 dollar contre 1,17 pour la moyenne du second semestre 2017. Si les cours se stabilisent, l'impact de change sera neutre et même positif sur les résultats de la deuxième partie de l'année.

Boursier.com : Une remontée des taux ne constituerait-elle pas un risque pour ces valeurs ?

M.R. : La charge d'intérêts des entreprises françaises atteignait environ 67 milliards d'euros en 2017. Leurs frais financiers augmenteraient de 14 milliards d'euros par an en cas de remontée des taux de 50 points de base, soit environ 3,7 % de l'excédent brut d'exploitation. L'INSEE estimait que l'endettement était surtout le fait de grandes entreprises de l'industrie manufacturière qui par ailleurs détiennent des liquidités importantes. Plus de 40 % de l'encours de la dette est porté par les grandes entreprises qui disposent de liquidités importantes. Les dirigeants des entreprises que nous avons en portefeuille sont conscients de la situation et ont procédés à des refinancements à taux fixe. Environ la moitié des sociétés figurant dans notre portefeuille est en dette nette négative.

Boursier.com : Quels titres ont du potentiel aujourd'hui à vos yeux ?

M.R. : L'équipementier Akwell affiche un très fort niveau de décote. Jacquet Metal et Derichebourg ont un fort potentiel et peuvent bénéficier d'une hausse des matières premières, qui n'est cependant pas encore là. Trigano et Maisons du Monde ont souffert des leurs dernières publications, mais il s'agissait avant tout de décalages de chiffre d'affaire lié à un problème de fournisseur pour Trigano et d'ouvertures de points de ventes pour Maisons du Monde. Nous sommes confiants sur ces valeurs. Inside Secure et Ingenico ont été chahutés. Ingenico a de nouveau été revu à la baisse par un broker après que d'autres ont publié des notes positives. Tout cela crée de la volatilité. Nous maintenons notre position sur ce titre avec un objectif de cours autour de 100 Euros.

Boursier.com : D'autres titres ?

M.R. : Nous avons participé à l'introduction en Bourse de 2CRSI, une belle histoire humaine avec un business model prometteur. Côté ESN, nous apprécions toujours SII, Devoteam, Aubay. La thématique de la digitalisation des entreprises reste porteuse. Nous maintenons également notre position sur Direct Energie. Nous attendons en effet que Total révise son offre à la hausse. Il n'en coûte rien de rester présent sur un titre qui n'ira pas plus bas que 42 Euros... Nous apprécions aussi toujours Groupe Guillin, Maisons France Confort et Kaufman & Broad...

©2018-2021,