Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Marc-Olivier Buffle, Senior Product Specialist pour le fonds Pictet-Global Environmental Opportunities

Marc-Olivier Buffle Senior Product Specialist pour le fonds Pictet-Global Environmental Opportunities

Un fonds à 'impact' contre l'empreinte écologique
Marc-Olivier Buffle, Senior Product Specialist pour le fonds Pictet-Global Environmental Opportunities

Boursier.com : Quelle le processus de sélection du fonds ?

M-O.B. : Il s'inscrit dans une stratégie lancée par Pictet en octobre 2014, ciblant une approche de haute conviction, avec une définition spécifique de l'univers de départ. Pour notre fonds, le point de départ est l'étude du Planetary Boundary framework qui a tenté de mettre en exergue les principaux problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés et a estimé la limite maximale tolérable pour chacun de ces problèmes. Notre univers d'investissement est déterminé par les entreprises se trouvant à l'intérieur, autrement dit dont l'impact environnemental ne déborde pas ces limites. L'univers ressort à environ 3500 sociétés. Le deuxième filtre consiste à déterminer les sociétés cotées dont au moins 20% du chiffre d'affaires est lié à ces résolutions de problèmes environnementaux. L'univers d'investissement passe alors à 400 entreprises. A partir de là, nous procédons à du stock picking, en considérant les éléments financiers traditionnels de cash-flow positif, d'absence de dette, de croissance de qualité, de qualité du management et de niveau de valorisation... Nous aboutissons à un portefeuille d'une cinquantaine de dossiers.

Boursier.com : Quelle performance affiche le fonds ?

M-O.B. : La performance n'est pas sacrifiée sur l'autel de l'exigence environnementale puisque la stratégie affiche une surperformance significative de 3% par année par rapport à son indice de référence le MSCI ACWI. Le tout avec une volatilité bien gérée, car notre univers est très diversifiée. Nous avons aussi quantifié l'empreinte écologique et la performance écologique est forte. On peut donc parler d'un fonds à " impact " : car dans la décision active que le souscripteur fait d'acheter ce fonds, il prend une décision active d'investir dans des entreprises dont l'empreinte environnementale est moindre, dans plusieurs domaines : pollution chimique, changement climatique, biodiversité, acidification des océans...

Boursier.com : Le fonds n'est-il pas exposé aux pays émergents ?

M-O.B. : Une grande part des problématiques concernant l'environnement se passe dans les pays émergents. Nous aimons y participer à travers des entreprises solides, donc européennes et américaines. La présence en direct, dans les pays émergents est très faible : 2% aujourd'hui. Elle pourrait progresser jusqu'à 15%. 25% du chiffre d'affaires pondéré du portefeuille vient des émergents.

Boursier.com : Quels sont les secteurs représentés ?

M-O.B. : Les différents marchés sur lesquels nous investissons représentent 2000 milliards de Dollars, sont très diversifiés et affichent une croissance supérieure à la croissance économique. Nous investissons avant tout dans les sociétés proposant des solutions environnementales, plus que dans celles choisissant de les mettre en oeuvre. L'efficacité énergétique représente 27% du portefeuille, le contrôle de la pollution 22%, 20% dans les solutions logicielles, liées à ces thématiques, 19% dans la gestion des déchets et le recyclage, 8% dans le domaine de l'eau. Nous ne sommes pas investis dans les énergies renouvelables.

Boursier.com : Des exemples de sociétés qui entrent dans votre univers d'investissement ?

M-O.B. : Dassault Systèmes, Hexagon, Ansys pour les solutions de dématérialisation. Smurfit Kappa, DS Smith dans le remplacement du plastique et les solutions biodégradable, un secteur qui a bien performé cette année, de même que celui des matériaux et du packaging. Eurofins, Thermo Fisher pour les acteurs permettant la mesure des produits chimiques. Ao Smith, Schneider Electric : entreprises liées à l'efficience énergétique du bâtiment, qui émet traditionnellement beaucoup de CO2. A savoir les systèmes permettant de diminuer les dépendances énergétiques : isolation thermique, LED, infrastructure électrique, bâtiment intelligent. Les acteurs du traitement de l'eau, avec les valves, pompes, rayons UV, irrigation avancée : Suez Environnement, Xylem, Ecolab. Enfin, les acteurs du véhicule électrique, Valeo, Infineon...

©2018-2021,