Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Malik Haddouk, Directeur de la Gestion Diversifiée de CPR AM

Malik Haddouk Directeur de la Gestion Diversifiée de CPR AM

Pour le moment, tout est au beau fixe sur les marchés !
Malik Haddouk, Directeur de la Gestion Diversifiée de CPR AM

Boursier.com : Quelle est votre analyse de la configuration boursière actuelle ?

M.H. : Le soutien sans faille des banques centrales, notamment de la Fed, explique en grande partie la performance des indices boursiers l'an passé. Et pour le moment, tout est au beau fixe ! La question se pose de savoir si les marchés n'ont pas progressé trop vite et anticipé trop rapidement le rebond économique. La hausse des marchés s'est en effet réalisée via une expansion des multiples puisque les profits ont stagné en 2019. L'absence de rendement sur les actifs sans risque faisant toujours des sociétés cotées un choix par défaut... Nous resterons investis, au moins à court terme, et toujours flexibles dans notre gestion.

Boursier.com : La présence des banques centrales anesthésie-t-elle tout risque sur les marchés ?

M.H. : La politique accommodante de la Fed à partir de septembre 2019 a pris le dessus sur les risques dans l'esprit des investisseurs. Mais 2020 comporte aussi un volant de risques conséquents : le calendrier du Brexit comprend encore un long chemin de négociations. La géopolitique au Moyen-Orient demeure source d'incertitudes comme l'a prouvée l'affaire iranienne récemment. La primaire démocrate puis l'élection présidentielle aux Etats-Unis vont aussi être guettés de près par les investisseurs, avec un " super Tuesday " important le 3 mars prochain. L'endettement des entreprises américaines, qui représente désormais 47% du PIB est patent et la part des notations triples B s'est accentuée. Enfin malgré l'accord Chine-USA, le conflit commercial n'est pas terminé.

Boursier.com : La hausse des marchés s'est faite sans les investisseurs en 2019. Comment l'expliquez-vous ?

M.H. : Si les actions ont connu une nouvelle fois des sorties de capitaux en 2019, c'est que le sentiment des investisseurs était toujours à la prudence. Ils disposent ainsi d'une marge de manoeuvre importante pour mettre en place une rotation d'actifs en faveur des actions en cas d'amélioration des fondamentaux.

Boursier.com : Vers quelle catégorie d'actions vous tournez-vous ?

M.H. : Nous pensons que c'est le moment de jouer les valeurs " value ". La décote est historique par rapport aux valeurs de croissance et si nous anticipons une stabilisation des marchés, nous pensons qu'une rotation sectorielle pourrait s'enclencher. D'autant que si de mauvaises surprises devaient peser sur les marchés, les premières à en souffrir seraient les valeurs de croissance. Le Marché n'a pas tenu compte, en 2019, de la détérioration de la dynamique bénéficiaire des entreprises et il s'est rapidement projeté sur les anticipations de 2020. Or, les attentes de progression des bénéfices se situent à +10%

Boursier.com : Quels sont vos scénarii économiques et boursiers pour 2020 ?

M.H. : Notre scénario central pour 2020 est celui d'une stabilisation de la croissance mondiale à un niveau bas et un maintien du soutien monétaire des banques centrales. Nous attribuons une probabilité de 55% à ce scénario qui verrait une progression des marchés boursiers de l'ordre de 7,5% en Europe et 5% aux Etats-Unis. Un scénario alternatif marqué par un renforcement des idées " socialistes " aux Etats-Unis via la primaire démocrate aboutirait à une baisse de 20% des marchés américains et de 12,5% en Europe. Nous accordons une probabilité de 20% à ce scénario. Un autre scénario qui verrait un ralentissement marqué de l'économie faisant craindre une récession entrainerait aussi une baisse marquée des marchés. Nous lui attribuons une probabilité de 15%. Enfin, le cas de figure de l'accélération de la croissance avec une nouvelle progression des marchés de 10% aux Etats-Unis et de 15% en Europe, existe. Nous validons un niveau de probabilité de 10%.

©2020,