Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Malik Haddouk, Directeur de la Gestion Diversifiée de CPR AM

Malik Haddouk Directeur de la Gestion Diversifiée de CPR AM

Attention : une faible volatilité indique que les marchés seront très sensibles en cas de mauvaises nouvelles !
Malik Haddouk, Directeur de la Gestion Diversifiée de CPR AM

Boursier.com : En décembre dernier, vous expliquiez favoriser une exposition aux actions américaines et japonaises. Les valeurs européennes ont finalement surperformé....

M.H. : Nous anticipions un effet des politiques de reflation qui devaient favoriser les actions de ces zones-là. Mais force est de constater que le mouvement de remonté des prix a été de courte durée depuis le début d'année. Malgré une relative reprise de la croissance, les entreprises demeurent très prudentes sur le terrain des augmentations des rémunérations. C'est le cas aux Etats-Unis ou malgré un marché du travail très tendu, les salaires ne progressent pas plus rapidement.

Boursier.com : Privilégiez-vous les actions européennes désormais ?

M.H. : Le potentiel nous semble limité sur les actions des pays développés, pour autant la classe d'actifs demeure la plus attractive dans l'environnement actuel. Les résultats trimestriels ont été de très bonne facture, notamment en Europe où l'incertitude politique se lève petit à petit. Les marges des entreprises sont en amélioration et leur potentiel de progression existe. De plus, la zone Euro, ainsi que le Japon, continuent d'afficher une décote importante par rapport aux marchés américains. Une partie du retard de valorisation a été comblé, mais il reste encore un potentiel de hausse. Attention cependant au mouvement haussier de l'Euro qui peut entrainer une révision des anticipations des bénéfices à la baisse s'il venait se positionner dans la zone des 1,15$.

Boursier.com : Comment analysez-vous la chute de la volatilité sur les marchés ?

M.H. : La volatilité continue de chuter depuis plus d'un an tombant à des plus bas de 20 ans, notamment sur le marché américain. Toutes les classes d'actifs sont concernées même le marché des changes. Et ce même alors que plusieurs foyers de risque persistent avec, en premier lieu le risque géopolitique dominé par le dossier nord-coréen et la persistance des risques politiques. La baisse de la volatilité s'explique par le fait que les investisseurs ne couvrent dorénavant plus les risques à court terme. Se couvrir contre un petit accident de marché ne sert plus à rien. Le risque italien, à l'occasion d'élections anticipées probables à l'automne prochain, fait toutefois partie des risques extrêmes qui devrait faire remonter la volatilité au cours de l'été... Attention : une faible volatilité indique que les marchés seront très sensibles en cas de mauvaises nouvelles ! Leur réaction pourrait être particulièrement forte !

Boursier.com : Quel est votre scénario central pour les 6 prochains mois ?

M.H. : La dynamique économique devrait se maintenir dans les pays développés. Nous anticipons une remontée des taux directeurs à 1,50% aux Etats-Unis et des taux longs à 2,80%. Le potentiel de progression des marchés actions se situe autour de 5% aux Etats-Unis et 7,5% au Japon et en zone Euro selon nous. Nous ne pouvons éluder un scénario alternatif dans lequel les différentes affaires empêchent le président Trump d'exercer ses fonctions et qui verrait le marché action américain reculer de 10%, entrainant le marché européen avec lui. Un deuxième scénario alternatif, dans lequel les mesures budgétaires de Donald Trump seraient mises en place et dans lequel le Congrès accepterait les baisses d'impôts sans contrepartie, soutiendrait les marchés action...

Boursier.com : Comment se présente votre allocation d'actifs aujourd'hui ?

M.H. : Globalement, nous surpondérons légèrement les actions. Segment au sein duquel nous sous-pondérons les actions américaines. A l'inverse nous surpondérons les actions japonaises et européennes.

©2017-2020,