Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Louis Bert, Président de Dorval Finance

Louis Bert Président de Dorval Finance

Les politiques de "QE" des banques centrales ne sont pas artificielles !
Louis Bert, Président de Dorval Finance

Boursier.com : La forte baisse sur les marchés constitue un 'trou d'air' estival selon vous, ou bien une entrée dans un marché baissier ?

L.B. : Il s'agit d'une correction, liée à l'effacement d'une bulle boursière chinoise, provoquée par l'engouement des petits porteurs chinois investissant souvent avec effet de levier... L'assainissement auquel nous avons assisté est donc sain. Par ailleurs, il s'est ajouté des craintes concernant l'économie chinoise qui ralentit... Mais on sait cela depuis 2 ans ! La machine s'est ensuite emballée et un certain nombre d'intervenants a trouvé que le gouvernement chinois était dépourvu d'armes pour réagir. Cela est exagéré...

Boursier.com : Si elles ne sont pas nouvelles, les craintes à propos de l'économie chinoise sont bien réelles...

L.B. : Il y a certes un vrai questionnement au sujet du ralentissement de l'économie chinoise... Le marché considère que le gouvernement chinois n'a pas de réponse à apporter, ce qui me semble quand même très pessimiste. On a vu que les autorités monétaires, même si leur communication n'est pas très rodée, ont agi rapidement et baissé d'un quart de point les taux d'intérêt, ce qui a permis au marché de se reprendre.

Boursier.com : Faut-il pointer du doigt les robots du trading haute fréquence dans l'amplitude de la baisse lundi en séance ?

L.B. : Cela a évidemment contribué à la forte baisse, en plus de la période estivale et des volumes faibles qui y sont associés. Les machines ont touché des seuils et déclenché des ordres de 'ventes stop'...

Boursier.com : Les marchés ne sont-ils pas en train de réaliser que les politiques d'injections de liquidités des banques centrales n'ont eu que des effets artificiels jusqu'à présent ?

L.B. : Je ne suis pas sûr que les marchés perdent confiance dans les banques centrale... La banque centrale chinoise a agi rapidement, on l'a constaté... En outre, les politiques de QE, ne sont pas si artificielles que ça ! Les banques centrales achètent des actifs tangibles, ce n'est pas la planche à billets stricto sensu avec aucun actif en face... Elles achètent bien des actifs en circulation. Le QE tel qu'il est mené actuellement a pour but de faire repartir la machine. Tant que les signes d'inflation sont modestes, ce qui est le cas, cela fonctionne... Et lorsqu'on observe les résultats du côté des banques centrales, on constate que lorsqu'elles ont acheté du papier, elles ont gagné de l'argent : il n'y a pas non plus d'argument de mauvaise gestion à leur opposer...

Boursier.com : Anticipez-vous une hausse des taux de la Fed dès septembre ?

L.B. : La logique pourrait laisser penser que la Fed décalerait la hausse des taux en 2016. Mais il ne faut pas oublier qu'elle regarde le taux de chômage, l'évolution des salaires, et il n'est pas impossible qu'elle relève bien d'un quart de point les taux d'ici la fin d'année. Pas forcément en septembre, mais plutôt en fin d'année, mais ce léger décalage n'a guère d'importance...

Boursier.com : Quel est votre degré d'exposition actuel chez Dorval ?

L.B. : Sur les fonds flexibles, nous sommes exposés à plus de 75%... Nous avons profité de la baisse pour acheter 7 à 8% d'actifs lundi, notamment lors de l'accélération de la baisse. De façon globale, nous restons positifs sur l'orientation des marchés, et plutôt orientés sur l'Europe. Il faut toutefois avoir conscience que la volatilité est de retour. Le marché mettra du temps à se rendre compte que l'atterrissage de l'économie chinoise est contrôlé... Nous avons entamé une rotation de portefeuille, avec beaucoup moins de valeurs cycliques et plus de valeurs domestiques, moins exposées à la Chine par exemple et plus sensibles à la consommation européenne...

©2015-2020,