Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Louis Bert, Directeur Général de Dorval Asset Management

Louis Bert Directeur Général de Dorval Asset Management

Nous conservons Solutions 30 en portefeuille
Louis Bert, Directeur Général de Dorval Asset Management

Boursier.com : Comment s'explique la sous-performance de Dorval Convictions depuis le début 2019 ? (NDLR, le fonds progresse de +1,6% pour la part R, contre +5,7% pour l'indicateur de référence et 11,6% pour l'EuroStoxx 50 NR)

LB. : La sous-performance s'explique par un taux d'exposition prudent, en moyenne de 42% depuis le début de l'année, compte tenu du contexte politique. Le biais sur les moyennes capitalisations n'a pas aidé puisqu'elles n'ont toujours pas rattrapé leur retard de 2018. En outre, certaines lignes importantes de nos fonds ont été attaquées, comme Wirecard, Solutions 30...

Boursier.com : Justement, avez-vous modifié votre opinion sur Solutions 30 attaqué à la baisse par le fonds Muddy Waters ?

LB. : Nous conservons la valeur dans notre portefeuille Dorval Convictions car nous pensons que les choses vont rentrer dans l'ordre sur le dossier. Le temps joue pour les investisseurs " long " sur le dossier et contre les vendeurs à découvert, étant donné la poursuite d'une forte croissance du chiffre d'affaires et des bénéfices. Nous sommes convaincus de la poursuite de la croissance de Solutions 30 et si la prime qu'intégrait le titre a disparu, elle devrait se reconstituer au fil du temps... Les éléments qui sous-tendent l'expansion de la société demeurent, à court terme: développement de la fibre optique par les opérateurs télécoms, marché allemand en retard d'équipement. A moyen terme, les recharges pour véhicules électriques sont de nouveaux marchés prometteurs.

Boursier.com : Les marchés semblent désormais voués à réagir aux décisions politiques, notamment sur le conflit sino-américain...

LB. : Une prime de risque politique s'est installée sur les marchés mais elle peut disparaître aussi vite qu'elle est arrivée... Nous ne pensons pas qu'un accord soit trouvé facilement entre les Etats-Unis et la Chine, mais plutôt que les négociations vont perdurer, avec des hauts et des bas et que les marchés évolueront au gré des humeurs... Tout ceci alimentant les spéculations sur la question de savoir si le cycle de croissance est arrivé à terme ou s'il est simplement mature....

Boursier.com : Les prises de risque vont-elles demeurer limitées sur les marchés actions selon vous ?

LB. : La diminution des liquidités sur les marchés s'explique par les nombreuses hésitations des intervenants quant aux scenarii sur la croissance économique... Les risques à la baisse sont constitués par un ralentissement américain se poursuivant sans effet de la relance monétaire, une hypothèse de " hard Brexit " de nouveau forte avec Boris Johnson, probable nouveau premier ministre britannique et des tensions géopolitiques pouvant faire progresser le prix du pétrole. Ces éléments sont contrebalancés par l'absence de récession économique et l'effondrement des taux d'intérêt, et 18 mois de ralentissement du cycle industriel, qui pourrait finir par se retourner à la hausse favorisant les valeurs cycliques comme l'automobile et les semiconducteurs..

Boursier.com : Doit-on être optimistes avant le G20 d'Osaka et le rendez-vous Trump-Xi Jinping ?

LB. : Difficile de se prononcer à quelques heures du début du G20 d'Osaka ! Les investisseurs sont dans l'expectative... Si les discussions se déroulent bien, les craintes de récession seraient repoussées et la balance pencherait vers un scénario favorable à la croissance et donc aux Marchés... Si les discussions se passent mal, c'est au contraire l'hypothèse de la récession qui prendrait de l'ampleur...

©2019-2020,