Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Louis Albert, Gérant du fonds IDAM Small France

Louis Albert Gérant du fonds IDAM Small France

Cette crise casse beaucoup de certitudes sur les Marchés! Le stock-picking est déterminant !
Louis Albert, Gérant du fonds IDAM Small France

Boursier.com : Quelle est votre vision du marché actuellement ?

L.A. : Le marché bénéficie d'un vrai soutien des politiques monétaires qui le rassasient en termes de liquidités... C'est évidemment un énorme soutien qui opère depuis 2 mois. Pour la suite, soit les niveaux d'activité seront de nouveau élevés, avec une reprise " en V " et les points d'entrée d'aujourd'hui sont intéressants sur les cours actuels, soit l'économie demeure grippée et on pourrait alors encaisser une nouvelle baisse... Mais dans l'absolu, dans une optique de moyen terme, les niveaux actuels constituent malgré tout de bons niveaux d'entrée. De toute évidence, il serait dommage de ne pas être investi aujourd'hui !

Boursier.com : Comment avez-vous fait évoluer votre portefeuille durant la séquence de baisse puis de rebond ?

L.A. : Autant mi-février notre portefeuille était "ultra défensif", autant aujourd'hui il est plus équilibré, avec des valeurs défensives peu exposées à la crise, mais aussi des valeurs décotées car ayant subi la baisse de plein fouet. Dans ce contexte, le 'stock-picking' est déterminant, notamment via le prisme de la qualité du management. Les meilleurs dirigeants se révèlent durant les crises. Celle-ci casse beaucoup de certitudes sur les marchés. En tant qu'experts, nous nous devons de nous adapter, de réagir et de ne pas nous reposer sur des réalités passées.

Boursier.com : Les petites et moyennes capitalisations font un peu mieux que les grandes, dans la baisse...

L.A. : Les petites et moyennes capitalisations n'avaient plus surperformé le marché depuis fin 2017 ! Depuis le 1er janvier c'est le cas avec 3 points de mieux que les grandes capitalisations. Et notre fonds IDAM Small France surperforme lui de 9 points le CAC40 et de 6 points le CAC Small. Il n'y a plus de défiance envers les petites capitalisations. C'est à noter ! Les investisseurs de long terme sont revenus, sans doute à la faveur de la baisse...

Boursier.com : Excluez-vous catégoriquement certains secteurs ?

L.A. : L'aéronautique au sens large, constructeurs comme compagnies aériennes, à court et moyen terme. L'automobile à court terme seulement. Il faut attendre de connaître les mesures de restructuration qui vont affecter les acteurs du secteur. Le délai de retour de la consommation des ménages sera déterminant. Nous restons aussi à l'écart du tourisme...

Boursier.com : Quels titres avez-vous privilégié ?

L.A. : Nous avons constitué une ligne Eurobio. Nous sommes aussi revenus à l'achat de valeurs que nous connaissions avant la crise comme bioMérieux, Pharmagest ou encore Ipsen qui s'était fait massacrer, sans doute à juste titre... Mais à 45 Euros, l'action n'avait pas profité de la hausse du secteur de la santé, tout en étant positionnée sur les thématiques recherchées...

Boursier.com : Des paris de moyen terme...?

L.A. : GL Events, autour de 10 Euros et qui n'a pas rebondi, suscite toujours la méfiance, le secteur des salons ne voyant pas le bout du tunnel, avec la crainte d'une deuxième vague épidémique. Pour autant, on peut considérer le dossier dans une optique de moyen terme, mais cela signifie qu'on est prêt à supporter une possible baisse du titre à court terme...

©2020,