Louis Albert, Gérant du fonds IDAM Small France

Louis Albert Gérant du fonds IDAM Small France

Le pire semble déjà dans les cours !
Louis Albert, Gérant du fonds IDAM Small France

Boursier.com : La liquidité a été le problème central sur les petites et moyennes capitalisations fin 2018...

L.A. : Certains fonds ont rencontré un phénomène de dé-collecte, les poussant à vendre sur un marché sans acheteur. Ce déséquilibre a poussé de nombreux titres à la baisse. Dans des proportions considérables pour certains... Le propre des petites capitalisations est de générer plus de croissance et plus de progression des bénéfices et donc plus de performances boursières que les grandes valeurs. Mais une contrepartie du risque est constituée par une liquidité moins importante. Ceci dit, attention ! Le risque de liquidité existe dans les deux sens... En cas de rebond, la demande peut rapidement excéder l'offre...

Boursier.com : Le fonds IDAM Small France affiche une performance négative de -28% en 2018, moins bonne que le CAC Mid & Small (-20%)... Etes-vous sortis de certains secteurs ?

L.A. : L'année 2018 n'a pas été une année favorable à notre stratégie, il faut pour autant garder en tête que nous investissons dans des petites entreprises et que celles-ci ont particulièrement souffert. Alors que le CAC Mid a perdu 20%, la performance médiane des 100 plus petites valeurs du CAC Small est de -38% ! Nous sommes sortis des valeurs liées à la construction l'été dernier. Il ne nous reste qu'une position : Maison France Confort. Nous avons aussi réduit la pondération des équipementiers automobile en vendant Faurecia. Nous demeurons toutefois confiants sur ces derniers et leur capacité à générer de la performance sur le long terme, car ceux que nous avons sélectionnés nous semblent très bien exposés à la transformation de l'automobile. En outre, nous sommes sortis de Groupe Guillin pour qui, aux yeux du Marché, les enjeux environnementaux l'ont emporté sur la bonne gestion de l'entreprise.

Boursier.com : A l'inverse, avez-vous profité de certaines baisses pour initier des positions ?

L.A. : Nous sommes revenus sur des valeurs ayant beaucoup baissé comme Pierre&Vacances ou encore Soitec compte tenu de sa très forte croissance. Nous avons renforcé la position sur Jacquet Metal Services qui nous apparaît très décoté. Nous avons aussi renforcé le secteur de la dépendance dans le portefeuille en initiant une ligne LNA Santé, alors que nous avions déjà des titres Orpéa. Nous restons investis sur Vetoquinol et avons cette année participé à l'IPO de Neoen.

Boursier.com : Faut-il redouter la période de résultats à venir ?

L.A. : Les cours actuels valorisent tellement de problèmes futurs que nous sommes relativement confiants.... Le pire semble déjà dans les cours ! A ce titre, les publications vont donner une bonne image de ce qu'il s'est réellement passé en 2018. Et puis nous prendrons le pouls des chefs d'entreprise : voient-ils arriver un fort ralentissement dès 2019 ou pas ? Le marché a encaissé plusieurs avertissements au troisième trimestre ce qui a déjà entraîné de nombreuses révisions d'analystes à la baisse. Sur notre fonds, nous attendons une progression des résultats de plus de 10%.

Boursier.com : Les petites valeurs vont-elles à nouveau sous-performer en 2019 selon vous ?

L.A. : Je ne pense pas qu'on enregistre une nouvelle année de sous-performance des petites capitalisations par rapport aux grandes. Il faut se rendre compte que le dernier trimestre a été catastrophique pour les petites valeurs. Il faut toutefois rester vigilants et plus que jamais pratiquer un stock-picking de qualité dans un tel contexte.

©2019,

Partenaires de Boursier.com