Leon Cornelissen, Chef Economiste chez Robeco

Leon Cornelissen Chef Economiste chez Robeco

Les marchés émergents pourraient être une classe d'actifs intéressante en 2019
Leon Cornelissen, Chef Economiste chez Robeco

Boursier.com : Sur combien d'augmentations de taux de la Fed tablez-vous pour 2019 ?

L.C. : La Fed n'a suggéré que deux hausses de taux pour 2019 lors de sa réunion du 19 décembre. L'économie américaine est toujours forte, malgré les turbulences extérieures et l'effet des réductions d'impôts pour les entreprises qui s'estompe. Nous sommes néanmoins très optimistes quant aux perspectives économiques, les hausses de la Fed dépendent des données économiques, donc trois hausses de taux pourraient être envisageables en 2019.

Boursier.com : La BCE peut-elle réellement s'engager sur une hausse des taux au second semestre 2019 ?

L.C. : La BCE a indiqué qu'elle relèvera ses taux au plus tôt après l'été 2019. Compte tenu de la faiblesse actuelle de l'économie européenne, nous doutons que cela se produise réellement. Nous pensons que les problèmes d'adaptation du secteur automobile allemand aux nouvelles normes strictes en matière d'émissions sont temporaires. L'impasse entre l'UE et l'Italie a été essentiellement résolue (certains diraient même esquivée). Nous ne serons fixé qu'au printemps 2019 d'avoir évité ou non un " hard Brexit ". Lorsque ces trois facteurs de risque disparaîtront, cela ouvrira la voie à une économie européenne plus forte et donnera à la BCE la possibilité de relever ses taux avant la fin de 2019.

Boursier.com : Y a-t-il un moyen de sortir du conflit Chine-États-Unis aussi ?

L.C. : Les États-Unis et la Chine pourraient accepter leurs désaccords. Il est peu probable qu'ils puissent régler tous leurs différents sous la forme d'une sorte de " Grand Deal ". Néanmoins, il n'est pas dans l'intérêt des deux grandes puissances de s'engager dans une escalade majeure de la guerre commerciale. Un niveau faible d'hostilités est le scénario le plus probable avec un impact macroéconomique limitée.

Boursier.com : Y a-t-il un risque d'amplification à la baisse sur les marchés financiers en 2019 ?

L.C. : Il y a toujours un risque d'amplification à la baisse. Mais il est plus probable que les marchés actions se stabilisent dans un futur proche. Une récession américaine est peu probable en 2019 et 2020. Les risques majeurs vont disparaître.

Boursier.com : Dans ce contexte, quelle stratégie adopter sur les marchés actions ?

L.C. : Nous cherchons à ajouter du risque dans nos portefeuilles multi-asset. Il est logique, dans le cadre d'un portefeuille d'actions mondiales, de se diversifier en dehors des États-Unis. Les marchés émergents pourraient être une classe d'actifs intéressante en 2019.

©2019,

Partenaires de Boursier.com