Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Jérôme Fauvel, Responsable Small Caps de La Française AM

Jérôme Fauvel Responsable Small Caps de La Française AM

Xilam, Mediawan,Fleury Michon...
Jérôme Fauvel, Responsable Small Caps de La Française AM

Boursier.com : Vous gérez le fonds Actions France PME, dédié aux petites voire micro capitalisations.... Quels sont les secteurs que vous privilégiez actuellement ?

J.F. : L'univers sur lequel repose le fonds concerne les microcaps françaises, allant de quelques millions d'euros de capitalisations, à environ 200 ME. Une poche de grandes valeurs comprend des titres de capitalisations plus élevées, pour environ 20% du portefeuille. Les cycles économiques nous enseignent que nous sommes actuellement dans une phase de maturité de l'économie en Europe et plus précisément dans la fin de cette phase, pour laquelle on constate une progression de la confiance et de la demande du consommateur. Les secteurs de la distribution, des loisirs, de la publicité et des médias sont alors à privilégier.

Boursier.com : Et quelles valeurs ont vos préférences au sein de ces secteurs ?

J.F. : Nous apprécions beaucoup Xilam et avons largement profité de son beau parcours boursier. La ligne représente 4% du portefeuille. Nous aimons aussi Mediawan, 4% aussi du fonds et qui selon nous, vaut au moins 18 Euros ! De façon générale, nous recherchons des leaders mondiaux ou européens sur leur secteur comme Figeac Aéro, Ymagis, Carbios, Voltalia, LDLC, Laurent Perrier, Prodways, ESI Group, Devoteam, Abeo, ID Logistics, Global Bioenergies, We.Connect.... Enfin, nous avons initié une ligne Fleury Michon, pour anticiper la fin de cette période de maturité du cycle économique et un début de positionnement sur des valeurs défensives comme celles du secteur de l'agroalimentaire. Mais nous ne prévoyons pas de ralentissement économique en Europe avant la deuxième moitié de 2019.

Boursier.com : N'êtes-vous pas inquiet du mauvais comportement actuel des petites valeurs, associé à une liquidité qui s'assèche ?

J.F. : Je suis confiant quant à l'évolution des marchés, y compris les petites et moyennes capitalisation, passées les élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Il faut sans doute faire le dos rond d'ici là... Sur le plan macroéconomique, si les taux remontent, c'est une bonne nouvelle qui permet aux autorités monétaires de se redonner des marges de manoeuvre en cette fin de cycle favorable. Et les hausses de taux n'auront pas d'effet immédiat sur l'économie, qui ne va pas s'arrêter de tourner du jour au lendemain... Sur le plan micro-économique, la croissance des bénéfices est au rendez-vous et conforme au consensus, elle est à nouveau attendue sur des niveaux solides en 2019. Et globalement, les entreprises ne rencontrent aucun problème de Trésorerie. Pour ce qui est des valorisations, le PER du CAC40 est autour de 13,5 pour 2019, soit 3 points en dessous du PER du S&P 500, rien d'anormal si on regarde l'historique...

Boursier.com : Quelles valeurs constituent la poche du fonds consacrée aux grandes capitalisations ?

J.F. : Air France, pour jouer la thématique du loisir et des voyages et qui malgré les grèves et la hausse du pétrole, dégage désormais de solides bénéfices. Carrefour, qui a fait le choix de la digitalisation et qui, aux cours qui sont les siens, mérite un certain intérêt, alors que la distribution est un secteur dont le modèle est en train de bouger profondément et qui va se réinventer. Toujours dans ce secteur, nous apprécions FNAC Darty. Nous ne sommes pas présents sur Showroomprivé, mais nous regardons le dossier qui selon nous devrait rebondir, la société affichant toujours une progression de chiffre d'affaires, malgré ses déboires...

Boursier.com : A l'inverse, évitez-vous certains secteurs ?

J.F. : Nous sommes absents des web agency qui subissent une déflation des prix. Nous ne détenons aucune valeur du secteur des biotechs et medtechs, hormis Carmat. Selon nous, le prix du coeur artificiel, qui sera remboursé par la Sécurité sociale, sera particulièrement attrayant. L'élément susceptible de redynamiser le secteur des biotechs serait une OPA majeure, sur une ou plusieurs valeurs...

Boursier.com : Certains dossiers vous ont-ils déçu ?

J.F. : Kerlink, dans le réseaux de l'Internet des objets, qui propose un vrai réseau à valeur ajoutée, le seul problème étant que les donneurs d'ordre, les opérateurs téléphoniques, assez frileux, pris par le financement à venir de la 5G et décalent ainsi les projets. Kerlink a de nombreux projets dans son pipeline, encore faut-il qu'ils se concrétisent... Déception aussi sur Visiativ dont la dernière acquisition a du mal à convaincre les investisseurs.

©2018-2021,