Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Jean-Louis Mourier, Économiste chez Aurel BGC

Jean-Louis Mourier Économiste chez Aurel BGC

On ne sait pas où se situe le point bas sur les marchés actions
Jean-Louis Mourier, Économiste chez Aurel BGC

Boursier.com : Les investisseurs n'ont-ils pas été trop confiants avec des marchés qui se situaient sur des sommets alors que le coronavirus touchait déjà la Chine ?

J-L.M. : A l'époque, l'épidémie semblait se confiner à la Chine avec quelques cas isolés en Corée du Sud ou au Japon. En cas d'impact négatif sur la conjoncture, on était persuadé que les banques centrales allaient tout faire pour venir à la rescousse des marchés. Aujourd'hui, la situation est bien différente... L'épidémie s'est transformée en pandémie. On pourrait connaître une récession économique d'une intensité plus forte qu'en 2008-2009. Si la Chine se relève très progressivement, ses principaux partenaires commerciaux sont aujourd'hui en pleine crise.

Boursier.com : Les mesures prises par les banques centrales sont-elles appropriées ?

J-L.M. : La Fed est intervenue comme lors des crises précédentes en baissant fortement les taux d'intérêt et en procédant à d'importantes injections de liquidités. Mais en agissant en dehors de ses réunions habituelles, la banque centrale américaine a surpris et inquiété les opérateurs. De son côté, la BCE a pris des mesures plus ciblées en soutenant les entreprises qui rencontrent des difficultés de trésorerie. Globalement, ces messages sont mal passés si l'on en croit l'évolution actuelle des marchés financiers.

Boursier.com : Que pensez-vous d'une éventuelle distribution d'argent aux ménages de la part du trésor américain ?

J-L.M. : Je crois modérément aux effets positifs d'une telle décision. La situation actuelle n'est pas celle d'un choc sur la demande. On a beau distribuer de l'argent aux ménages, s'ils ne peuvent pas sortir ils ne le dépenseront pas...

Boursier.com : Pourquoi les taux souverains remontent-ils ?

J-L.M. : De nombreux investisseurs préfèrent en ce moment augmenter le poids du cash dans les portefeuilles. Moins d'acheteurs sur les obligations conduit à une remontée des taux... En outre, dans la mesure où même les pays les plus vertueux vont faire face à une augmentation significative de leur endettement, il est normal que les cours des obligations s'ajustent.

Boursier.com : Doit-on se replacer à l'achat sur les marchés actions ?

J-L.M. : Aux Etats-Unis, les multiples des sociétés se situent juste en dessous de leur moyenne de long terme. On n'est pas dans une zone d'exagération baissière. Par ailleurs, les prévisions de bénéfices sur le marché américain au titre de l'année en cours sont toujours orientées à la hausse. On risque d'avoir de sérieux ajustements de ce côté ce qui pourrait conduire à un nouveau repli de Wall-Street. On ne sait pas où se situe le point bas sur les marchés actions...

©2020,