Jacques de Panisse-Passis, Président du directoire d'Optigestion

Jacques de Panisse-Passis Président du directoire d'Optigestion

Les banques centrales ont complètement changé les règles fondamentales
Jacques de Panisse-Passis, Président du directoire d'Optigestion

Boursier.com : Quelle est la carte d'identité d'Optigestion ?

J.P-P. : Optigestion compte plus de 30 ans d'expérience avec 3 métiers. Nous intervenons dans la gestion de portefeuilles, la gestion collective et le courtage en assurance-vie. Nous avons des liens privilégiés avec plusieurs partenaires spécialisés dans des thématiques patrimoniales... Optigestion gère environ 350 Millions d'Euros dont 130 Millions d'Euros en gestion collective.

Boursier.com : Qu'est-ce qui vous distingue de vos confrères ?

J.P-P. : Notre métier repose sur la confiance. Chaque gérant d'Optigestion a plus de 20 ans d'expérience. Il est disponible, responsable et totalement transparent dans ses décisions d'investissement. Enfin, les gérants sont associés au capital ce qui conduit à une grande stabilité des effectifs sur la durée. A noter aussi qu'Optigestion n'intervient pas dans l'obligataire...

Boursier.com : Comment percevez-vous actuellement les marchés ?

J.P-P. : Il faut tout d'abord convenir que l'endettement mondial continue de progresser. Auparavant, en fonction du degré de risque, le prêteur définissait la rémunération. La situation est aujourd'hui devenue paradoxale car ce sont les emprunteurs qui fixent la rémunération... Les banques centrales ont complètement changé les règles fondamentales. Elles imposent désormais des rémunérations dérisoires. Alors que les placements monétaires ne rapportent quasiment plus rien, les investisseurs privilégient les biens réels comme l'immobilier. Les actions apparaissent également intéressantes dans la mesure où le rendement du Cac40 est de 3,5% contre 0,5% pour l'OAT à 10 ans...

Boursier.com : En matière de sélection de titres, comment procédez-vous ?

J.P-P. : Nous effectuons une analyse en interne en associant la puissance du calcul quantitatif et la finesse d'une approche qualitative. En fonction des résultats obtenus, nous privilégions davantage tel ou tel type de valeurs. Aujourd'hui, nous favorisons les dossiers dits " value " et les valeurs de rendement... Par ailleurs, nous préférons nous positionner sur le leader d'un secteur en croissance. En proportion, les dépenses marketing et la R&D sont moins élevées ce qui permet à la société d'investir plus et de renforcer ses parts de marché, sa rentabilité...

Boursier.com : Quelles sont les principales lignes du fonds Optigest Europe ?

J.P-P. : Nous apprécions le luxe. Hermès délivre une croissance pérenne en ouvrant de nouveaux points de vente. La nouvelle politique de Kering porte ses fruits avec une expansion rapide. Quant à LVMH, il s'agit de l'acteur incontournable du secteur. Le modèle de Rubis est solide avec une équipe de management de qualité. Des intérêts familiaux président au destin de cette entreprise ce qui constitue un gage de réussite sur la durée... Orpea et Korian comptent également parmi les pondérations importantes du fonds...

Boursier.com : Comment voyez-vous évoluer les indices ?

J.P-P. : Les 100 mouvements précédents similaires au rebond que nous connaissons en ce moment durent en moyenne 6 semaines. En ce qui concerne le SP500, on peut considérer, selon 95% des observations précédentes, que la progression a atteint son maximum... Nous venons ainsi de réduire la voilure en allégeant les positions sur Dassault Systèmes, Alten ou Legrand.

©2019,

Partenaires de Boursier.com