Guy Wagner, Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Guy Wagner Chef économiste à la Banque de Luxembourg

La BCE est au bout de sa logique monétaire...
Guy Wagner, Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Boursier.com : Quelle est votre vision actuelle des Marchés ? La guerre commerciale et les politiques monétaires semblent toujours constituer les principaux sujets de préoccupation...

G.W. : C'est l'évolution de la croissance économique qui va demeurer au coeur des préoccupations, sachant que et la guerre commerciale et les politiques monétaires influent sur son niveau... Fondamentalement, les taux d'intérêt faibles, voire nuls, voire même négatifs continuent de configurer une situation favorable aux actions. A moins d'acheter des obligations d'émetteurs de qualité incertaine, il n'y a logiquement pas d'alternative aux actions, si on cherche du rendement. Cette réalité demeure la toile de fond sur les marchés.

Boursier.com : Les banques centrales constituent toujours de solides amortisseurs pour les Marchés...

G.W. : La tolérance des banques centrales pour toute faiblesse des marchés boursiers est très faible! Cela s'est constaté lors de la baisse du marché américain au 4ème trimestre 2018, alors qu'on pouvait penser que Powell aurait une attitude différente de Yellen. Depuis cette date, la Réserve fédérale américaine a stoppé son resserrement monétaire et a même entamé un desserrement de taux. Les banques centrales sont enfermées dans cette logique de soutien et on ne voit pas bien comment elles pourraient en sortir.

Boursier.com : La Fed est-elle aussi prisonnière du comportement de Trump à son égard?

G.W. : Théoriquement elle est indépendante et les tweets de Trump ne devraient pas influencer le travail et la politique de la Fed, mais d'une manière ou d'une autre, l'attitude pesante de Trump pèse dans le débat...

Boursier.com : Les banques centrales sont-elles trop à l'écoute des Marchés ?

G.W. : A mon avis oui. L'économie américaine se porte bien, avec un taux de chômage historiquement bas, une inflation autour de 2% : il n'y a aucune raison de relâcher la politique monétaire dans un tel contexte!

Boursier.com : Côté BCE, là encore, toute mesure de soutien, qui serait annoncée demain, serait-elle disproportionnée?

G.W. : Cette politique monétaire n'a rien amené! Pourquoi les banques centrales s'enferment-elles dans une telle logique monétaire qui n'a pas fait ses preuves? La santé économique de la zone Euro n'est peut-être pas extraordinaire, mais diminuer encore les taux ou lancer un nouveau programme de 'QE' ne changera rien à la donne! Il s'agit de problèmes structurels à résoudre par les Etats. La politique monétaire de la BCE semble être allée à son terme et ne plus être efficace! Aller vers des taux négatifs apparaît même dangereux.

Boursier.com : Quelle est la performance de vos fonds depuis le 1er janvier?

G.W.: Notre fonds BL Equities Europe affiche une performance de plus de 18%. Le fonds BL European Smaller Companies progresse de plus de 13%.

Boursier.com : Avez-vous réalisé des rotations sectorielles récemment ?

G.W. : Très peu. Notre expérience prouve que pour créer de la valeur sur le long terme il faut privilégier certains secteurs comme l'industrie, la consommation, la technologie, la santé. Il s'agit de secteurs actuellement recherchés, car proposant des acteurs de qualité. Notre politique d'investissements nous laisse à l'écart de secteurs comme les banques, les télécoms, les matières premières, l'assurance. Les valeurs "value", sans doute moins chères, ne sont cependant toujours pas recherchées par le Marché.

©2019,

Partenaires de Boursier.com