Guy Wagner, Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Guy Wagner Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Les investisseurs doivent continuer à se focaliser sur les entreprises de qualité
Guy Wagner, Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Boursier.com : La bonne tendance des marchés depuis le début d'année peut-elle se poursuivre ?

G.W. : Les indicateurs économiques montrent clairement que la croissance de l'économie mondiale s'essouffle avec des chiffres même inquiétants en provenance de l'Europe. Et ce ralentissement de la conjoncture mondiale entraîne des risques sur les bénéfices des entreprises. Le danger pour les marchés cette année pourrait bien venir de ces résultats des entreprises plutôt que d'une chute supplémentaire des multiples de valorisation, même si les deux sont souvent liés... De plus, la base de comparaison avec la croissance des bénéfices de 2018 sera élevée.

Boursier.com : La période de publication des résultats s'annonce donc heurtée selon vous?

G.W. : La période de publications des résultats risque effectivement d'être caractérisée par une vague importante de révisions à la baisse des perspectives des bénéfices. Et tant que les bénéfices sont révisés à la baisse, il est difficile que les marchés progressent. Toute la question est de savoir si les révisions à la baisse sont exagérées ou bien si le recul des bénéfices va s'accentuer.

Boursier.com : En conséquence, faut-il rester à l'écart des marchés ?

G.W. : Il serait contre productif d'adopter une attitude trop négative par rapport aux marchés boursiers. La contraction des multiples de valorisation fut l'une des plus importantes des 30 dernières années. Aux Etats-Unis, une hausse de 20% des bénéfices par actions a ainsi produit une baisse de 6% de l'indice S&P 500. Après cette chute des multiples, la valorisation des actions est redevenue plus attrayante.

Boursier.com : L'évolution des marchés dépendra aussi largement des politiques des banques centrales...

G.W. : La Fed, semble moins encline à monter ses taux, alors qu'ailleurs, une telle hausse des taux n'est pas à l'ordre du jour. Je me demande même si la BCE sera en mesure de relever les siens fin 2019... Si le ralentissement actuel n'allait pas trop loin et prenait la forme d'un atterrissage en douceur de l'économie, les marchés réagiraient de manière positive. Pour 2019, si les multiples de valorisations devaient rester identiques, la croissance des bénéfices devrait idéalement se traduire par la même croissance des marchés...

Boursier.com : Quelles valeurs privilégier ?

G.W. : Les investisseurs doivent continuer à se focaliser sur les entreprises de qualité. En attendant une plus grande visibilité, il sera préférable de privilégier à l'intérieur de ce segment les entreprises plus défensives avant de revenir le cas échéant vers des valeurs plus cycliques qui pour certaines ont déjà beaucoup corrigé. Même dans des marchés difficiles, il est possible d'investir de manière intelligente en actions, à condition d'avoir un processus de sélection des titres qui tienne la route et un horizon d'investissement suffisamment long. En ce qui nous concerne, l'approche consiste et consistera toujours à sélectionner des entreprises disposant d'avantages compétitifs durables leur permettant de générer une rentabilité supérieure sur capitaux employés et de présenter des bilans solides, témoignant de leur capacité d'autofinancement.

©2019,

Partenaires de Boursier.com