Guy Wagner, Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Guy Wagner Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Trop tôt pour revenir à l'achat sur les actions!
Guy Wagner, Chef économiste à la Banque de Luxembourg

Boursier.com : Les baisses d'octobre et décembre sur les marchés sont-elles à mettre à profit à vos yeux ?

G.W. : D'une interprétation quelque peu optimiste de l'environnement économique et financiers il y a 12 mois, les investisseurs sont passés à une vue assez pessimiste des choses : ils se concentrent sur les risques et non plus sur les opportunités... Dans ce contexte, il ne sert à rien d'aller contre le sentiment du marché et il est selon moi trop tôt pour revenir à l'achat sur les actions. On est dans une optique où les rebonds risquent de s'essouffler et donner place à de nouvelles corrections.

Boursier.com : Certains parlent pourtant d'excès à la baisse...

G.W. : On n'est pas encore dans une situation d'excès à la baisse. Depuis 2012, les marchés ont connu un parcours quasiment sans correction.2018 est la première année de baisse...

Boursier.com : Des observateurs anticipent une récession dès 2019 notamment aux Etats-Unis. Est-ce votre analyse ?

G.W. : Non. Le potentiel de croissance dans les pays industrialisés est relativement faible depuis la crise de 2008. En raison notamment de la démographie et du surendettement. A l'intérieur de ce cycle, 2017 a accouché d'une accélération de la croissance et nous revenons sur des niveaux modérés de croissance, non loin du niveau de croissance zéro dans la zone euro, il est vrai. De son côté, si l'économie américaine risque de ralentir, elle demeure cependant loin d'une récession et il semble prématuré d'évoquer une telle hypothèse.

Boursier.com : Dans ce contexte, y a-t-il toutefois des signaux favorables...

G.W. : Certains éléments sont positifs... Les multiples de valorisation ont nettement corrigé l'année dernière et sont désormais plus raisonnables. On a l'impression aussi, toujours au rayon 'bonnes nouvelles', que la Fed met de l'eau dans son vin et semble disposée à ralentir le resserrement de sa politique monétaire. Certains observateurs attendent déjà une première baisse de son taux directeur au deuxième semestre 2019 aux Etats-Unis. L'incertitude concerne l'évolution des bénéfices des entreprises...

Boursier.com : Et face à cette dernière incertitude, quels secteurs privilégier ?

G.W. : Nous jouons plutôt la préservation du capital que son appréciation. Je m'explique : les secteurs défensifs sont à privilégier. C'est-à-dire, les valeurs ayant la meilleure visibilité sur leurs résultats et leur distribution de dividende. Plutôt que les valeurs sensibles au cycle économique, qui affichent peut-être plus de potentiel sur le long terme, mais qui à court terme pourraient continuer à souffrir. Beaucoup de sociétés cycliques révisent à la baisse leurs prévisions... Il est prématuré de revenir dessus, mais au fil de l'année il sera peut-être intéressant de le faire.

©2019,

Partenaires de Boursier.com