Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Georg Schuh, Directeur des investissements pour la zone Europe Moyen-Orient Afrique de DWS

Georg Schuh Directeur des investissements pour la zone Europe Moyen-Orient Afrique de DWS

2018 ne finira pas en mode "risk-off"!
Georg Schuh, Directeur des investissements pour la zone Europe Moyen-Orient Afrique de DWS

Boursier.com : L'accord Etats-Unis / Mexique préfigure-t-il une sortie par le haut dans les autres conflits commerciaux qu'ont lancés les Etats-Unis, notamment avec la Chine ?

G.S. : J'ai mes doutes. Un accord avec le Mexique était plus pressant maintenant, avant les élections mid-terms car il y a beaucoup d'électeurs "Latinos" aux Etats-Unis qui pourraient être supporteurs des Républicains et de Trump pour les élections en Novembre. Les tensions avec la Chine vont continuer plus longtemps et il sera plus difficile de trouver un accord bilatéral.

Boursier.com : Faut-il s'inquiéter de l'aplatissement de plus en plus prononcé de la courbe des taux américains ?

G.S. : Bien sur, une courbe plate est souvent un signe que l'activité économique se détériore. Mais dans le cas américain, il ne faut pas oublier que le QE (Quantative Easing) a probablement réduit les taux à long-terme de façon significative. Sans ce QE la courbe serait plus pentue. De plus, il y a le programme fiscal extraordinaire aux Etats-Unis. C'est pour cela qu'on ne doit pas craindre une récession aux Etats-Unis en 2019.

Boursier.com : Quel est votre scénario central pour la fin d'année boursière ?

G.S. : Les bons résultats et les bénéfices dégagés par les entreprises, surtout américaines, la politique monétaire toujours très expansive de la BCE et la récente stabilisation de la monnaie Chinoise, sont la base pour que cette année ne finisse pas en mode "risk-off".

Boursier.com : Quelle est votre stratégie d'investissement sur les marchés actions actuelle ?

G.S. : Réduire un peu les actions US et réinvestir dans les actions asiatiques et les titres de rendements en Europe.

Boursier.com : La défiance sur les marchés émergents les rend-elle plus attractifs en termes de valorisation... ?

G.S. : Il faut être sélectif. Mais étant donné que l'appréciation du dollar s'est récemment atténuée, les pays émergents souffrent moins de l'endettement en devises étrangères. Même des „carry trades" en obligations locales sont intéressants.

©2018-2021,