Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Frédéric Rollin Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Nous avons rééquilibré les portefeuilles, très axés sur les valeurs "croissance" jusqu'alors...
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Boursier.com : Quel sentiment de Marché est le vôtre aujourd'hui ?

F.R. : Nous avions conservé beaucoup de prudence dans notre approche d'avant crise, avant de reprendre un peu de risque : nous avons réinvesti de façon assez importante sur le marché du crédit en raison des politiques monétaires très agressives des banques centrales qui ont bénéficié au marché du crédit et qui réduisent la possibilité de scénarios extrêmes.

Boursier.com : La crise vous a-t-elle fait changer d'avis sur la Chine et les émergents qui avaient vos préférences en début d'année...?

F.R. : Nous sommes restés investis sur les valeurs des pays émergents, notamment asiatiques et en grande partie la Chine. La raison principale : la plupart des pays d'Asie sortent mieux de la crise sanitaire. Si elle a commencé en Chine, elle y a été circonscrite de façon efficace, ce qui permet à la croissance chinoise de repartir très fort, sur fond de croissance structurelle toujours plus importante qu'ailleurs dans le monde et avec des valorisations boursières plus modestes. Ces trois facteurs nous font toujours privilégier l'investissement dans les émergents asiatiques et notamment la Chine.

Boursier.com : Quid de l'Europe ?

F.R. : Nous revenons sur l'Europe à travers le "Green deal". La crise sanitaire a accéléré la prise de conscience d'une crise environnementale. Le fait est qu'une plus grande importance est porté à des politiques "vertes". Tendance qui pourrait s'accentuer en cas de victoire démocrate aux Etats-Unis. Par ailleurs, nous étions plutôt positionnés "croissance" durant la crise, ce qui nous a permis de bien la traverser et nous opérons désormais une forme de rééquilibrage : nous avons vendu les "techs" pour revenir sur les matières premières très liées au cycle économique chinois qui se redresse fort. On constate par exemple une reprise "en V" sur l'immobilier chinois qui justifie une reprise des matières premières. Le crédit en Chine, en forte reprise, est en effet le meilleur indicateur avancé des prix des matières premières.

Boursier.com : Que faut-il faire des valeurs cycliques, les plus massacrées? Certains secteurs méritent-ils un intérêt nouveau?

F.R. : Nous avons eu tendance à rééquilibrer les portefeuilles, très "croissance" jusqu'alors. Nous sommes moins négatifs sur les valeurs cycliques, tout en n'étant pas encore positifs! Nous demeurons structurellement investis sur les valeurs de croissance, mais compte tenu de leur parcours nous avons rééquilibré les portefeuilles vers une plus de neutralité.

Boursier.com : Que pensez-vous de l'Automobile, des bancaires et de la Santé ?

F.R. : L'industrie automobile va faire face à des investissements considérables dès aujourd'hui : l'électrique, la conduite autonome. Tout ça pour au final, vendre peut-être moins de voitures. Dans l'ensemble, le secteur fait face à des vents contraires importants. Les bancaires en revanche, sont plus intéressantes car une grosse partie de l'effort réglementaire est passé. Attention toutefois à l'augmentation des défauts, à la concurrence des "fintechs", et à la persistance des taux bas. Sur la Santé, nous avons pris nos bénéfices. La croissance revenant dans les prochains trimestres, ce secteur défensif sera moins recherché par les investisseurs.

©2020,