Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Frédéric Rollin Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Un retour progressif sur les valeurs " value " à travers les bancaires
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Boursier.com : Quel est votre avis quant à l'évolution des marchés actions pour 2020 ?

F.R. : Nous pensons que les actions devraient se comporter positivement cette année, mais de façon relativement modérée. L'essentiel de nos convictions repose sur la faiblesse des rendement obligataires avec le fameux " There is no alternative ". Nous sommes positifs sur les actions britanniques et émergentes et continuons à penser que les actions américaines sont trop chères. Nous les sous-pondérons. Outre la question du rendement, nous restons aussi positifs sur les actions en raison de la sous pondération des investisseurs, dont beaucoup reviennent à chaque consolidation de marché.

Boursier.com : Vous expliquez revenir sur les valeurs " Value ". Est-ce une conviction forte pour 2020 ?

F.R. : Nous entamons un retour progressif sur les valeurs " value " à travers les valeurs bancaires. Nous faisons le constat que la " value " est très en retard. Elle a largement sous-performé les valeurs de croissance et cela de façon historique. Sans doute à juste raison étant donné la croissance délivrée par les valeurs technologiques. Reste la question du moment du rebond de ces valeurs. Il est souvent d'amplitude comme celui enregistré en septembre dernier, finalement avorté, mais il est difficile de déterminer son timing. Dans ce contexte, nous privilégions les bancaires européennes qui nous paraissent afficher des valorisations très faibles et alors que les raisons de la sous-valorisation semblent derrière nous : l'ajustement réglementaire a été pour l'essentiel réalisé, les investissements informatiques aussi et elles ont réduit les prêts à risque. Les taux longs remontent ce qui favorise leurs marges d'intérêts. Nous sommes convaincus qu'il s'agit d'un investissement tactique intéressant.

Boursier.com : Un réel retour en grâce des " value " passe-t-il par une déception des valeurs de croissance ?

F.R. : Non. Nous pensons que le profil de croissance économique et la remontée des taux longs qui va avec, devrait profiter aux value. Nous apprécions aussi les actions britanniques.

Boursier.com : Pourquoi se positionner sur les actions britanniques alors que les signaux économiques ne sont pas bons ?

F.R. : On constate que les indicateurs avancés s'améliorent : le moral des ménages remonte. Les britanniques ont été perturbés par l'épisode difficile mené par Theresa May. Aujourd'hui ils ont plus confiance et nous nous attendons aussi à des mesures budgétaires importantes. Concernant les négociations du Brexit, nous ne sommes pas exagérément optimistes, mais nous pensons qu'elles sont désormais bien encadrées.

Boursier.com : Pourquoi les émergents en 2020 ?

F.R. : L'accord commercial Etats-Unis/Chine va faire reculer les craintes sur le commerce mondial et les réticences sur les émergents. De plus, la Chine et la Russie affichent une performance robuste en 2019 mais conservent toujours un fort potentiel, avec une banque centrale accommodante et des valorisations boursières faibles. Les marché indien, sous-performant en 2019, et coréen qui a souffert de la guerre commerciale, pourraient aussi revenir en grâce.

Boursier.com : Le consensus n'est-il pas trop optimiste sur les anticipations de progression des bénéfices à l'approche de la saison des publications de résultats ?

F.R. : Les perspectives bénéficiaires des entreprises risquent clairement de décevoir le marché. L'économie nous indique une progression des bénéfices inférieure à 5% et probablement pas loin de 0%. Or, les attentes bénéficiaires sont de l'ordre de 10%. On a enregistré un schéma assez proche en 2019, mais le marché n'en a pas tenu compte car les politiques des banques centrales ont pris le dessus. La hausse de 2019 a donc été réalisée via une progression des ratios de valorisation, lesquels ne sont pas extensibles à l'infini...

©2020,