Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Frédéric Rollin Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Nous sommes plutôt négatifs sur les actions
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Boursier.com : Quelle est l'évolution récente de l'économie mondiale ?

F.R. : Les indices PMI manufacturiers baissent rapidement. Le moral des chefs d'entreprise se replie. Sur un an, la production industrielle mondiale est d'ailleurs en recul de presque 1%... La guerre commerciale semble s'installer sur la durée : extension du domaine de la lutte à la propriété intellectuelle, fermeté des réponses chinoises. On observe un ralentissement économique mais qui néanmoins ne devrait pas aboutir à une récession. La confiance des consommateurs reste sur des niveaux solides grâce à un chômage faible et aux hausses de salaires.

Boursier.com : Que pensez-vous de l'attitude des banques centrales ?

F.R. : Les espoirs des investisseurs à l'égard des banques centrales devraient être déçus. En outre, les intervenants parient sur 5 baisses de taux de la part de la FED sur la période 2019-2020 ce qui nous semble exagéré... Il n'y a aujourd'hui pas de raison suffisante à ce que les banques centrales mettent en place un assouplissement massif.

Boursier.com : La récession menace-t-elle aux Etats-Unis ?

F.R. : La courbe des taux plaide pour un risque de récession à 18-24 mois... Nous pensons que l'économie américaine présente des faiblesses mais qu'une récession est improbable en 2020. L'immobilier et la consommation des ménages tiennent le coup. Les créations d'emploi ralentissent mais elles demeurent sur un bon rythme. A noter toutefois, l'administration américaine aura moins de marges de manoeuvre budgétaires que dans le passé en raison d'un déficit qui est déjà élevé et du contrôle de la Chambre des représentants par les Démocrates.

Boursier.com : Comment voyez-vous évoluer l'Europe ?

F.R. : L'Allemagne connaît un ralentissement industriel prononcé avec l'affaiblissement du commerce mondial, le Brexit et la moindre expansion de l'économie chinoise. Le marché du travail allemand montre d'ailleurs des signes de dégradation. Mais du fait de sa situation budgétaire favorable, l'Allemagne a les moyens de contrecarrer un repli de l'activité qui deviendrait excessif. De leur côté, les indicateurs demeurent bien orientés en France et en Espagne. Globalement, l'Europe ralentit mais les fondations restent solides.

Boursier.com : Qu'en est-il de la Chine ?

F.R. : Les derniers indicateurs chinois ont été plutôt décevants avec notamment des ventes au détail qui se dégradent. Nous misons néanmoins sur une stabilisation de l'économie chinoise durant les prochains mois grâce au stimulus budgétaire.

Boursier.com : Quelles sont vos préconisations d'investissement ?

F.R. : Dans l'ensemble, nous sommes plutôt négatifs sur les actions avec un cycle économique qui arrive à son terme, une croissance bénéficiaire moins soutenue et de possibles déceptions à l'égard des banques centrales. D'un point de vue géographique, nous privilégions l'Europe qui possède une valorisation attractive par rapport aux Etats-Unis. Enfin, les secteurs défensifs ont nos faveurs avec les utilities et la santé.

©2019-2020,