Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Frédéric Rollin Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Les résultats des élections européennes en Italie et Grande Bretagne peuvent bousculer les Marchés...
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Boursier.com : Vous restez sous-pondérés sur les actions, les mouvements récents semblent vous donner raison...

F.R. : Nous demeurons sous-pondérés sur les actions parce que nous constatons un ralentissement économique prononcé. La croissance bénéficiaire devrait se trouver affectée et nous pensons que cela n'a pas été pris en compte par les Marchés. On constate des hausses de salaires à travers le monde, à un niveau record depuis 10 ans : la pression inflationniste est là et empêche les banques centrales de mener une politique monétaire trop accommodante. Lorsqu'on questionne les entreprises américaines sur leur capacité à embaucher, elles répondent que c'est difficile, avec un niveau record. Certes, les valorisations sont raisonnables après la consolidation actuelle, mais l'amélioration de l'emploi provoque des hausses de salaires un peu plus importantes.

Boursier.com : Le changement de politique des banques centrales a pourtant été toujours dans le sens de la poursuite d'une politique accommodante pour la BCE ou de l'anticipation d'un retour précoce à une politique accommodante pour la Fed...

F.R. : Les marchés estiment à la fois que la croissance va rester solide et que les banques centrales vont rester accommodantes... Nous estimons que ce sera soit l'un, soit l'autre. Nous assistons à un ralentissement de la croissance actuellement, qui peut se combiner certes avec une poursuite d'une politique monétaire accommodante, mais ce sera au prix d'une croissance bénéficiaire moins forte. Le marché pense que la Fed va baisser ses taux en 2019. De notre côté, nous ne le pensons pas, mais si c'est le cas, cela voudra dire que la croissance bénéficiaire sera moins forte.

Boursier.com : Vous misez sur les pays émergents, alors que ce sont ces derniers qui souffrent le plus lorsque les craintes de tensions commerciales reviennent... N'est-ce pas risqué ?

F.R. : Le ralentissement économique est avéré dans les pays développés, alors qu'on constate une stabilisation de la croissance en Chine et en Amérique latine. Dans l'ensemble, les pays émergents sont en voie de stabilisation. Les négociations commerciales vont continuer. On a connu sans doute un excès d'optimisme sur la capacité des Etats à s'entendre au mois d'avril. Aujourd'hui, nous passons à l'excès inverse, les marchés pensant que les Etats seront incapables de s'entendre. En outre, l'impact économique en Chine est compensé par les mesures gouvernementales.

Boursier.com : Les élections, qui peuvent bousculer certaines coalitions en Allemagne et Italie, peuvent-elles inquiéter les Marchés ?

F.R. : En Italie, la Ligue gagne du terrain dans les sondages et pourrait avoir envie de mettre en place des élections anticipées, auquel cas, les marchés devraient mal le prendre puisque l'instabilité politique en Italie est toujours source d'instabilité sur le marché obligataire et sur le marché actions. L'autre pays à surveiller est la Grande Bretagne où le parti pro Brexit est en tête dans les sondages au détriment des Conservateurs. Cela pourrait précipiter la chute de Theresa May et son remplacement par un "brexiter", rendant plus incertaines les négociations de sortie de l'UE.

Boursier.com : Les secteurs de la Santé, des biens de consommation et des utilities demeurent-ils vos préférés?

F.R. : Avec une approche défensive, sur un secteur défensif comme la Santé, nous sommes doublement dans les clous! La Santé, qui affiche une croissance de long terme forte, a été très pénalisée par les déclarations du Démocrate Bernie Sanders au moment du lancement de sa campagne électorale à l'investiture démocrate. On est sur des niveaux de choc équivalents à ceux enregistrés lors de la campagne 2016. Sachant que Joe Biden est en avance sur Sanders, dans les sondages pour l'investiture démocrate. Le mouvement baissier du secteur nous semble exagéré. Nous aimons aussi la thématique de l'eau, défensive en termes de comportement de marché, et qui affiche, elle aussi, une croissance de long terme forte.

©2019-2020,