Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Frédéric Rollin Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Les obligations françaises ont peu de rendement, il est peu coûteux de les vendre...
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Boursier.com : Doit-on toujours miser sur les actions ?

F.R. : Les bénéfices des sociétés sont désormais orientés à la hausse, on peut attendre une progression de l'ordre de +10% en 2017 grâce à la reprise du cycle économique dans les pays développés. Le rendement des actions reste élevé par rapport aux obligations ce qui constitue un argument fort en faveur des places boursières. La conjoncture est mieux orientée dans les pays émergents avec une reprise du commerce mondial. Enfin, les marchés actions ont accumulé du retard en termes de flux en 2016. Mais on doit surveiller deux éléments. Tout d'abord, la FED injecte moins de liquidités dans le marché ce qui peut induire une pression sur les multiples. Ensuite, le calendrier électoral est chargé en Europe...

Boursier.com : Dans l'immédiat, quels sont les effets de ce risque politique ?

F.R. : Les OAT peuvent souffrir du risque politique. Il s'agit d'un marché très liquide où les investisseurs peuvent facilement prendre d'importantes positions. En outre, les obligations françaises ont peu de rendement, il est donc peu coûteux de les vendre. Il s'agit d'un bon véhicule pour jouer les enjeux liés aux résultats des prochaines élections.

Boursier.com : Comment se porte l'économie américaine ?

F.R. : Les indicateurs économiques sont globalement bien orientés aux Etats-Unis. La reprise des profits des entreprises constitue une incitation à investir d'autant plus que le contre-choc pétrolier touche à sa fin. Le paysage est positif sur la croissance américaine... Attention tout de même à la solidité de la consommation des ménages qui peut être mise à l'épreuve avec la reprise de l'inflation. Donald Trump devrait mener une politique fiscale accommodante avec une baisse des impôts et davantage de dépenses d'infrastructures. On surveillera tout de même l'ampleur des mesures protectionnistes qui généralement se retournent contre celui qui les met en place...

Boursier.com : Comment ont évolué dernièrement vos recommandations ?

F.R. : Nous observons tout de même une forme de complaisance vis-à-vis des actions américaines. L'accélération des indicateurs est plus forte en Europe et au Japon qu'aux Etats-Unis. Nous sommes acheteurs de la zone euro et du japon, avec une préférence pour ce dernier. Nous avons initié une surpondération sur la dette émergente en monnaie locale et nous conservons une sur-allocation sur le High Yield. Enfin, nous restons convaincus de la pertinence de stratégies thématiques axées sur la robotique, la sécurité ou le digital...

©2017-2020,