Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Frédéric Rollin Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Les rendements sur les marchés actions demeurent plus élevés que les rendements des obligations
Frédéric Rollin, Conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM

Boursier.com : Quel est l'impact des facteurs politiques sur les marchés actions ?

F.R. : La volatilité économique est de plus en plus faible. En parallèle, les indicateurs d'incertitude politique ont tendance à progresser... Le manque de visibilité quant aux futures décisions de l'équipe Trump traduit bien ce phénomène. Mais, si à court terme le risque politique semble avoir aujourd'hui davantage d'effets sur les marchés financiers que l'économie, c'est pour nous toujours l'économie qui guidera à moyen terme les marchés financiers.

Boursier.com : Comment se porte l'économie américaine ?

F.R. : La consommation aux Etats-Unis se tient bien et elle n'est pas en situation de surchauffe. Les ménages américains se sont désendettés et ils bénéficient aujourd'hui de hausses de salaires. Les perspectives sont positives pour l'immobilier avec une bonne tenue du crédit. Le marché immobilier peut supporter quelques hausses de taux... L'investissement demeure faible mais ce facteur est probablement lié au contrechoc pétrolier, et la reprise bénéficiaire sera favorable à ce segment de l'économie. La croissance de l'économie américaine n'est donc pas en fin de cycle. On doit néanmoins surveiller quelques éléments avec les implications potentiellement négatives de certaines mesures de Donald Trump... Le déficit fiscal devrait s'accroître avec une dette publique plus élevée. On peut aussi avoir une inflation plus rapide avec la hausse des droits de douane et la relance fiscale.

Boursier.com : Quelle va être la réaction de la FED ?

F.R. : Si la politique fiscale devient plus accommodante, des tensions inflationnistes devraient apparaître. Alors qu'on anticipe déjà deux à trois hausses de taux cette année, la FED pourrait resserrer davantage sa politique monétaire en montant plus rapidement ses taux. Ne plus réinvestir les remboursements des obligations qu'elle détient est aussi une option.

Boursier.com : La Chine constitue-t-elle un risque pour l'économie mondiale ?

F.R. : La croissance de la Chine devrait ralentir en 2017 mais la situation est sous contrôle. Les causes de cette expansion moins rapide reposent sur une démographie adverse, de moindres gains de productivité et pour 2017 une réduction de l'activité immobilière et la volonté du gouvernement d'éviter une surchauffe sur le crédit. Si les sorties de capitaux du pays deviennent trop importants, nous pourrions aussi voire la banque centrale resserrer sa politique monétaire. ... Globalement, les pays émergents présentent de bonnes dispositions pour 2017 avec le retour en grâce de l'économie en Amérique Latine et une amélioration notable en Russie.

Boursier.com : Qu'en est-il dans l'Eurozone ?

F.R. : La croissance pourrait être révisée en hausse cette année alors que le crédit reprend et que la confiance des consommateurs est bien orientée. Attention toutefois à un calendrier politique chargé avec des élections en Hollande, en France et en Allemagne... A surveiller aussi, une politique monétaire qui pourrait devenir moins favorable vers la fin de l'année.

Boursier.com : Quelles sont vos recommandations d'investissement ?

F.R. : Les rendements sur les marchés actions demeurent plus élevés que les rendements des obligations. Nous avons une vision positive à l'égard des marchés actions pour cette année. Nous sommes revenus récemment sur les actions européennes alors que leur valorisation est modérée. Les investisseurs internationaux sont aujourd'hui sous-pondérés sur les actions européennes ce qui peut constituer un soutien au marché s'ils venaient à renforcer cette classe d'actif dans les portefeuilles. En revanche, nous sommes prudents à l'égard des obligations souveraines en Europe en raison du retour de l'inflation et du rebond de l'économie, qui pourrait initier en fin d'année des discussions sur un resserrement de la politique monétaire.

©2017-2020,