Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
François-Xavier Chauchat, Membre du comité d'investissement de Dorval AM

François-Xavier Chauchat Membre du comité d'investissement de Dorval AM

L'hypothèse de l'élection de Marine Le Pen est suffisamment faible pour nous exposer plus fortement aux actions
François-Xavier Chauchat, Membre du comité d'investissement de Dorval AM

Boursier.com : Comment expliquer l'importance prise par le risque politique ces dernières semaines?

F-X.C. : Une loi générale veut que les chocs politiques suscitent beaucoup de bruits, mais sont, in fine, sans impact durable sur les marchés. Ce qui règne en maître sur les marchés financiers, ce sont les cycles économiques et monétaires, point ! L'élection présidentielle française fait cependant exception, car elle questionne le cadre monétaire de la zone Euro. C'est la monnaie unique européenne qui est en ligne de mire du risque électoral souverainiste. A cela s'ajoute la question de la dette publique française, jusqu'ici épargnée par les marchés, et des 900 MdsE détenus à l'étranger...

Boursier.com : Le risque politique actuel et en l'occurrence la victoire de Marine Le Pen est-il présent sur le Marché?

F-X.C. : Après le premier tour, la probabilité de l'élection de Marine Le Pen est faible. 50% des votes sont certes contestataires, mais ces protestations françaises ne s'agrègent pas. L'extrême gauche ne votera pas massivement en faveur de la candidate d'extrême droite... De plus l'électorat des seniors s'avère plus difficile à convaincre pour Marine Le Pen. L'hypothèse de son élection est donc suffisamment faible pour que nous nous soyons repositionnés sur une exposition aux actions à hauteur de 80% dans notre fonds flexible européen.

Boursier.com : Comment pilotez-vous le risque politique chez Dorval AM ?

F-X.C. : Plus nous identifions qu'un événement politique peut affecter le système, plus nous sommes réactifs dans l'exposition de nos fonds flexibles et plus nous utilisons des actifs de couverture. Nous évitons en revanche de spéculer sur les secteurs qui pourraient être soi-disant favorisés - ou au contraire souffrir - des mesures annoncées dans les programmes des candidats à une élection... Les promesses électorales s'avérant souvent complexes à mettre en oeuvre

Boursier.com : Au-delà de la séquence politique actuelle, quel scénario économique voyez-vous se dessiner à l'échelle mondiale ?

F-X.C. : Le scénario central chez Dorval AM, depuis plusieurs mois, est celui de la reprise économique mondiale synchronisée. Les économistes et observateurs se sont basés sur des projections trop négatives pour l'économie mondiale à notre sens. Nous ne partageons pas le scénario d'une stagnation séculaire, alors que la croissance mondiale s'inscrit à 3% depuis plusieurs années, et à sans doute plus de 3.5% cette année et l'année prochaine. Seuls 7 (petits) pays sur 190 seront en récession en 2017, le plus bas taux de récession depuis les années 2004-2007.

Boursier.com : L'Europe demeure-t-elle votre zone préférée pour les actions ?

F-X.C. : L'Europe, qui a fourni une réponse monétaire à la crise de sa monnaie en 2012, puis une réponse économique graduelle, mais qui se diffuse désormais à tous les pays, vit aujourd'hui le moment de la réponse politique. De ce fait, les actions de la zone euro portent une prime de risque de 6% par rapport aux obligations, soit un niveau équivalent à celui d'après Lehmann Brother, alors qu'elle est de 3% aux Etats-Unis. Si l'architecture de l'euro n'est pas menacée par les élections françaises puis italiennes (dont on ne connait pas encore la date), l'écart de prime de risque entre les deux continents devrait pouvoir se réduire sensiblement, en faveur des actions de la zone euro.

©2017-2020,