Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Axel Botte, Stratégiste d'Ostrum Asset Management

Axel Botte Stratégiste d'Ostrum Asset Management

La faiblesse des volumes pose la question de la pérennité de la hausse de ce début d'année
Axel Botte, Stratégiste d'Ostrum Asset Management

Boursier.com : Les marchés ont mal réagi à la nouvelle dégradation des relations américano-chinoises...

A.B. : Donald Trump bluffe peut-être... Il promet en fait la fin de la trêve avec la Chine et la mise en application dès vendredi, des mesures de taxations des importations chinoises, qui avaient été suspendues. On attend la réplique des chinois, lesquels seraient déjà revenus sur un certain nombre d'engagements, notamment sur la question de la présence d'enquêteurs vérifiant la réalité de l'accord jusqu'en 2025, ce qui a provoqué la colère de Trump, via Twitter... La bonne nouvelle c'est que le négociateur en chef de l'administration chinoise va se rendre à Washington pour négocier à nouveau...

Boursier.com : Le Marché ne s'est-il pas trompé en pensant que l'accord interviendrait?

A.B. : Le Marché a joué la thématique de l'accord et cela s'est notamment traduit par une surperformance de certains secteurs, parmi les plus exposés au échanges internationaux. Si l'accord n'intervient pas, l'heure de la prise de profits aura sans doute sonné. Il faudra peut-être aussi changer d'idées d'investissements et jouer d'autres thématiques... La Bourse chinoise a logiquement le plus souffert lundi dernier, parce qu'elle surperforme largement depuis le début de l'année. De façon générale, les marchés des pays les plus dépendants des conditions du commerce mondial ont le plus souffert.

Boursier.com : Quand on voit le niveau de la croissance américaine au premier trimestre (NDLR, +3,2%), et qu'on sait que les autorités chinoises pilotent au mieux le ralentissement de l'économie chinoise, on se demande si les craintes du Marché sur les conséquences de la guerre commerciale sont justifiées...

A.B. : Le Marché regarde beaucoup les conséquences pour le secteur manufacturier et il est vrai que l'économie américaine est très diversifiée dans les services et finalement pas si ouverte que ça à l'international. Les tarifs douaniers représentent des recettes de 60 Mds$, contre 30 Mds$ par an suite à la hausse. A rapporter à une économie pesant 20.000 Mds$... L'économie américaine est suffisamment diversifiée et flexible permettant de réduire l'impact du ralentissement des échanges. La contribution du commerce sur la croissance américaine a été nettement positive au premier trimestre!

Boursier.com : Dans ce contexte et étant donné la performance remarquable des marchés actions depuis le 1er janvier, quelles sont vos anticipations chez Ostrum?

A.B. : Les marchés évoluent au-dessus des objectifs annuels que nous visions. Nous sommes donc un peu inquiets pour la suite de l'année... Nous visions 5.350 points sur le CAC40. Si nous avons raison, le CAC40 va donc baisser... Le revirement dans la politique monétaire de la Fed explique largement la hausse des marchés en dépit de l'analyse macroéconomique qui aboutit à constater un ralentissement, notamment en Europe. Tout ceci nous amène sur des niveaux de valorisation un peu élevés, notamment eu égard aux résultats trimestriels plutôt en stagnation par rapport au quatrième trimestre.

Boursier.com : Un autre élément inquiétant : la faiblesse des volumes...

A.B. : Effectivement, la hausse des marchés s'est faite dans des volumes très faibles. Aux Etats-Unis, on a assisté à un trimestre record en termes de retraits... Les marchés montent mais les encours d'actions diminuent... Les flux ne donnent pas la même information que les prix! Le faible nombre d'investisseurs finaux en actions, pose question quant à la pérennité de la hausse de ce début d'année.

©2019-2020,