Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Alexandre Baradez, Responsable de l'analyse marché chez IG

Alexandre Baradez Responsable de l'analyse marché chez IG

En juin/juillet, les premières phrases de la Fed concernant un possible ralentissement du rythme des rachats d'actifs...
Alexandre Baradez, Responsable de l'analyse marché chez IG

Boursier.com : Les marchés semblent obnubilés par les futures décisions des banques centrales...

A.B. : Nous sommes effectivement dans une phase d'attente et d'anticipation du durcissement des politiques monétaires. Chaque mot prononcé par des membres de la BCE est scruté de près. Je pense qu'en juin/juillet nous devrions avoir les premières phrases venant de la Fed concernant un possible ralentissement du rythme des rachats d'actifs. Les chiffres de l'inflation plaident évidemment pour ce scénario. La progression du niveau des prix au mois d'avril 2021, par rapport au mois d'avril 2020, s'avère la plus forte depuis 2008.

Boursier.com : Quid de la BCE ?

A.B. : Elle agira probablement après la Fed, la poussée de l'inflation étant moins flagrante en Europe qu'aux Etats-Unis. Je pense qu'elle a laissé filer les taux volontairement, car elle a indiqué, il y a quelques semaines encore, qu'elle poursuivrait les rachats d'actifs au second trimestre. Or, les conditions sanitaires s'améliorant, il n'y a plus de raison de poursuivre cette politique. En ce sens, la remontée des taux sur les marchés obligataires des pays de la zone Euro est logique, dans une même anticipation de la reprise économique que le marché actions finalement...

Boursier.com : Les marchés actions se portent toujours bien mais connaissent des à-coups et un retour de la volatilité... Certains observateurs imaginent des signes avant-coureur de rechute. Est-ce votre avis ?

A.B. : On assiste au dégonflement des poches spéculatives constituées ces dernières semaines : les cryptomonnaies, les SPAC, les IPO, les valeurs shortées : toutes les valorisations excessives sont en voie de normalisation. Cette normalisation a aussi un peu touché la partie de marché plus traditionnelle comme l'indice CAC40 qui a connu des séances de prises bénéfices marquées. On ne note toutefois pas de stress majeur sur les marchés, les phases de consolidations se déroulent sereinement et ne laissent pas penser qu'elles puissent dégénérer vers un mouvement plus marqué de retournement de marché.

Boursier.com : Un certains nombres d'actifs ont toutefois souffert à l'image des crypto-monnaies...

A.B. : L'origine de ces excès se trouve en novembre à partir de l'annonce sur les vaccins. L'appétit pour le risque s'est matérialisé sur les classes d'actifs les plus risqués et les plus spéculatifs. Toutes ces poches se sont dégonflées mais influencent assez peu les valeurs plus traditionnelles. C'est donc un mouvement très sain auquel on a assisté qui n'a pas laissé la place à la panique.

Boursier.com : Est-ce déjà la fin du rattrapage pour les titres " values " ?

A.B. : On a assisté à la revanche des valeurs cycliques sur les valeurs de croissance. Le Marché avait enterré les titres "value" et puis l'annonce sur les vaccins en novembre dernier a permis de les faire fortement rebondir et le mouvement s'est accentué entre le T1 et le T2 2021... Le secteur qui a le plus performé depuis le début d'année et de loin : les bancaires! La Tech fait trois fois moins bien, en Europe tout du moins. Si on regarde les indices, l'Europe, plus sensible aux valeurs cycliques, surperforme largement les indices américains très technologiques.

©2021,