Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
Interviews
»
Consultation
Alexandre Baradez, Responsable de l'analyse marché chez IG

Alexandre Baradez Responsable de l'analyse marché chez IG

La configuration graphique actuelle du CAC40 plaide pour une nouvelle accélération forte
Alexandre Baradez, Responsable de l'analyse marché chez IG

Boursier.com : Que nous dit la configuration graphique actuelle du CAC40 ?

A.B. : La configuration graphique actuelle du CAC40 plaide pour une nouvelle accélération forte, quasiment à la verticale. Il est en effet sorti par le haut de son canal de progression de long terme et il est désormais difficile d'envisager une stagnation sur un plateau. Et si le scénario de hausse ne se validait pas, le risque serait alors réel d'un fort retracement à la baisse. Sous les 5.800 points, l'accélération peut être rapide vers les 5.400 puis 5.100 points.

Boursier.com : Le rendement des actions plaide toujours en leur faveur...

A.B. : Le sentiment qui prédomine est celui d'une invulnérabilité des marchés actions. La question est de savoir si tant que les taux d'intérêt demeurent bas, est-il possible de subir une correction boursière... ? Le quatrième trimestre 2018 nous pousse à penser que " oui ". L'argument des taux bas explique la progression des marchés boursiers, mais ne les immunisent pas contre une correction forte. Mais force est de constater que les marchés, aujourd'hui, ne donnent à voir aucun signe de stress...

Boursier.com : Cela semble encore plus vrai sur les marchés américains...

A.B. : 50% de la capitalisation boursière du Nasdaq, soit environ 5.000 Mds$ est le fait de 5 valeurs, les GAFAM. La disproportion est frappante ! La progression du Nasdaq en 2019, résulte de l'accroissement des multiples de valorisation et non des fondamentaux, puisqu'au final les bénéfices n'ont pas progressé aux Etats-Unis en 2019. Le S&P 500 se paye 23 fois ses bénéfices, le Nasdaq 30 fois. Gare toutefois à la teneur des publications de résultats et perspectives. Les niveaux de valorisation des GAFAM laisse peu de place aux déceptions !

Boursier.com : Le dicton " never fight the Fed " n'a jamais semblé autant d'actualité...

A.B. : Effectivement, la progression des marchés américains en 2019, alors même que l'amélioration des profits a été nulle, que les risques macroéconomiques se sont accentués et alors que les risques géopolitiques ont été importants, résulte en très large partie de la politique accommodante de la Fed. Et aussi de la capacité de Donald Trump à délivrer les messages bien dosés à destination des marchés... La Fed n'a jamais agi aussi fort depuis la crise des Subprimes en 2008 comme en témoigne l'expansion de son bilan depuis septembre dernier. Soit on considère qu'il s'agit d'une action préventive après analyse d'indicateurs avancés en dégradation, soit on considère que ce sont autant de cartouches gâchées alors que l'économie américaine s'affiche toujours à plus de 2% de croissance...

Boursier.com : Qu'est-ce qui pourrait enrayer la marche en avant des marchés actions ?

A.B. : Clairement le rallye des marchés américains fin 2019 provient de l'injection de liquidités de la Fed. Les courbes du S&P 500 et de l'expansion du bilan de la Fed sont superposables ! Tout élément interprété comme un plafond de l'expansion du bilan de la Fed serait considéré par les Marchés comme un signal fort de fin de la hausse...

©2020,