Alexandre Baradez, Responsable de l'analyse marché chez IG

Alexandre Baradez Responsable de l'analyse marché chez IG

La FED se doit d'être vigilante face au ralentissement économique en cours
Alexandre Baradez, Responsable de l'analyse marché chez IG

Boursier.com : Quelle est la situation de l'économie américaine ?

A.B. : Les dernières statistiques macroéconomiques ont été plutôt moins mauvaises qu'attendu. L'indice des surprises économiques était plutôt de bon augure sur le mois de juillet. Même si la croissance ralentit, elle demeure relativement bien orientée à +2% sur le second trimestre 2019. La confiance des ménages s'établit sur son niveau le plus élevé depuis 20 ans... Il convient toutefois de se méfier car les pics de confiance coïncident souvent avec des plus hauts sur les indices boursiers... Quant aux résultats des entreprises, ils sont ressortis plutôt au-dessus du consensus sur le T2 mais les attentes étaient prudentes.

Boursier.com : Qu'en est-il de l'inflation ?

A.B. : Même si les salaires ont tendance à s'apprécier, il n'y a pas de transmission sur les prix. On se situe dans un cycle de reprise économique sans inflation... Une des explications à ce phénomène provient des nouveaux modes disruptifs comme Amazon qui freinent la hausse des prix. On note aussi que le taux de participation au marché du travail est moins élevé qu'il y a quelques années. Une importante réserve de main d'oeuvre existe donc aux Etats-Unis même si un certain manque de qualification constitue une gêne pour les employeurs.

Boursier.com : Dans ces conditions, pourquoi la FED a-t-elle baissé ses taux ?

A.B. : La FED se doit d'être vigilante face au ralentissement économique en cours. La baisse de la croissance en Europe et en Asie risque d'impacter l'activité aux Etats-Unis. La baisse des taux de 25 points de base vient effacer le dernier mouvement de hausse... La FED se montre réactive et flexible. Elle est prête à agir rapidement. Il n'est pas choquant qu'elle intervienne après les propos tenus récemment par Powell.

Boursier.com : Cette baisse aura-t-elle un impact sur le comportement des ménages et des entreprises ?

A.B. : Au cours des dernières semaines, les taux moyen et long terme ont déjà bien diminué. Le taux deux ans est revenu sous les 2% alors qu'il se situait au-delà de 3% fin 2018. Ce mouvement a déjà eu un impact important sur le refinancement hypothécaire des agents économiques.

Boursier.com : La situation européenne est-elle inquiétante ?

A.B. : En Europe, la BCE porte à elle seule le poids de la relance économique. Les décisions budgétaires prises par les Etats ne suivent pas... Or, seules des mesures de relance fiscale sont de nature à doper les salaires et les prix. La baisse des taux appauvrit les épargnants qui sont dès lors enclins à moins consommer...

Boursier.com : Craignez-vous une bulle sur les actions américaines ?

A.B. : On peut en effet penser qu'une bulle est en train de se former sur les actions des sociétés américaines et notamment sur les valeurs technologiques. Ces dernières vont face à une décélération de la croissance de leurs bénéfices avec un environnement réglementaire et fiscal qui se durcit. De plus, l'expansion de l'économie mondiale tend à ralentir...

©2019,

Partenaires de Boursier.com