Accueil
»
Sicav FCP
»
Actualités
»
News
»
Consultation

Gestion : l'avis de BNY Mellon sur l'évolution des marchés en 2019

Gestion : l'avis de BNY Mellon sur l'évolution des marchés en 2019
Gestion : l'avis de BNY Mellon sur l'évolution des marchés en 2019
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Selon Shamik Dhar, Chef Économiste chez BNY Mellon IM, l'inflation, les guerres commerciales et la dette de la zone euro risquent de peser sur l'économie mondiale en 2019, mais le tableau n'est toutefois pas aussi sombre qu'il n'y paraît.

Divergence.

Si 2017 a été l'année de la croissance mondiale synchronisée, 2018 a été celle de la divergence d'après M. Dhar, les États-Unis ayant pris une longueur d'avance tandis que le reste du monde marquait le pas. Dix ans après le début d'une phase historiquement longue de reprise et de hausse du marché américain, l'écart entre le dynamisme de l'économie américaine et le reste du monde, associé à la fermeté de la Réserve fédérale, a fini par secouer les marchés actions internationaux, de Pékin à New York en passant par Londres.

Répercussions.

Le resserrement des conditions financières, le ralentissement de la croissance en Europe, le repli de certains marchés émergents, les effets délétères à l'échelle mondiale de l'appréciation du dollar américain et les tensions commerciales sont autant de facteurs qui risquent d'avoir des répercussions en 2019...

Un environnement favorable.

Le chef économiste de BNY Mellon pense que l'environnement d'investissement mondial restera plutôt favorable en 2019. La croissance mondiale reste positive dans les économies développées, malgré une perte de vitesse en 2017 et 2018 dans la plupart des pays. Ce ralentissement devrait se poursuivre en Chine et en Europe, tandis que les États-Unis resteront le consommateur de dernier ressort, qui alimentera l'économie mondiale.

Plusieurs pays émergents, notamment la Turquie et l'Argentine, ont vu leur dépendance aux financements extérieurs s'aggraver, il n'y a cependant pas eu de contagion et des facteurs de solidité subsistent.

Pas de hausse des taux en Europe.

Aucune hausse des taux longs n'est à prévoir d'après M. Dhar, ce qui représente un contexte favorable pour les marchés. La BCE pourrait décider de reporter son premier relèvement des taux d'intérêt depuis la crise financière à la fin de 2019, voire au début de 2020. L'appréciation du dollar américain pourrait se poursuivre en 2019, mais toute pause de la Fed ou clarification relative au Brexit à Bruxelles interromprait cette trajectoire.

Des opportunités à saisir.

Compte tenu de ces perspectives, la correction du marché mondial en 2018 sera, selon BNY Mellon, source d'opportunités pour les actifs risqués en 2019 et les obligations resteront négativement corrélées aux actions, ce qui favorisera la performance des portefeuilles multi-assets classiques. Si la progression des actifs risqués ne sera peut-être pas aussi régulière que par le passé, la solidité du contexte mondial finira par soutenir les prix des actifs.

Volatilité en hausse.

En revanche, BNY Mellon anticipe une hausse de la volatilité des marchés en 2019. Les tensions commerciales, le resserrement des conditions financières à l'échelle mondiale et les craintes entourant la soutenabilité de la dette et la stabilité bancaire en Italie pèseront sur le scénario optimiste...

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com