Cotation du 05/08/2020 à 19h24 Pétrole Brent +1,89% 45,270$
  • LCO - XC0009677409

Un baril de pétrole à -100 dollars, totale hérésie ou avenir proche ?

Un baril de pétrole à -100 dollars, totale hérésie ou avenir proche ?

Le monde des prix négatifs n'a pas de plancher, avertissent certains spécialistes...

Un baril de pétrole à -100 dollars, totale hérésie ou avenir proche ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Une première qui en appelle d'autres ? Pour la première fois de l'histoire, les cours du pétrole sont passés en territoire négatif lundi, tombant jusqu'à -37,6 dollars en séance. Si des facteurs techniques ont joué sur cette incroyable chute des prix observée en début de semaine (le contrat à terme de mai arrivait à échéance mardi), les fondamentaux du marché expliquent aussi grandement cette évolution. La demande d'or noir s'est en effet effondrée sur fond de pandémie de Covid-19 et de mesures de confinement imposées aux quatre coins du monde, et la coupe de production historique décidée entre l'Opep et ses partenaires, il y a dix jours, est intervenue trop tard, et est surtout trop modeste, pour rééquilibrer le marché.

Les réserves débordent

Résultat, les capacités de stockage du brut sont arrivées à quasi saturation et certains observateurs craignent que d'ici quelques semaines plus aucune cuve ne soit disponible. Il en résulterait des prix du pétrole proches de zéro dans de nombreuses régions du monde, et dans certains cas, ils pourraient devenir négatifs. "Nous sommes sur la voie de 'tank tops' (ndlr : lorsque tous les sites de stockage débordent) mondiaux fin mai ou début juin", explique à 'Bloomberg' Florian Thaler chez Oilx, une société de recherche qui utilise les données satellite.

Le monde des prix négatifs n'a pas de plancher

"Nous sommes clairement passés à une crise de gestion du marché au jour le jour et à grande échelle", affirme de son côté Paul Sankey, un analyste pétrolier chevronné de la banque Mizuho qui avait mis en garde en mars contre des prix négatifs. Le spécialiste va désormais plus loin : "allons-nous atteindre un prix négatif de 100 dollars le baril le mois prochain ? C'est fort possible". Le monde des prix négatifs n'a pas de plancher, et après cette semaine, tout est possible. Une chose est sûre : les dernières données satellite montrent une surabondance massive. Il y a 50 millions de barils de brut qui sont stockés chaque semaine, un niveau suffisant pour alimenter l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni réunis.

"Nous pouvons avoir des prix négatifs, et des prix très négatifs", avertit Pierre Andurand, gestionnaire de hedge funds français, spécialisé dans le marché pétrolier, ajoutant que le brut est un "marché dangereux pour le trading en ce moment".

©2020,