Cotation du 22/01/2022 à 00h00 Pétrole Brent -0,55% 87,890$
  • LCO - XC0009677409

Rechute des cours pétroliers

Rechute des cours pétroliers

Le rebond fait long feu sur le marché pétrolier...

Rechute des cours pétroliers
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le rebond fait long feu sur le marché pétrolier. Après la chute quasi record vendredi dernier, et un léger sursaut hier, les cours de l'or noir piquent à nouveau du nez dans un climat d'aversion au risque. Les investisseurs s'inquiètent toujours de l'impact potentiel sur la croissance mondiale et la demande de brut du nouveau variant Omicron, qui pourrait résister aux vaccins actuels. D'autant que le PDG de Moderna a déclaré dans une interview au 'Financial Times' que les vaccins existants contre le Covid-19 ne seraient probablement pas aussi efficaces contre le variant Omicron que contre les précédentes souches du coronavirus.

Le baril de brut léger américain pour livraison janvier perd actuellement 3,7% à 67,4 dollars sur le Nymex alors que le baril de Brent de la mer du Nord abandonne 3,5% à 70,9$. Les deux références mondiales sont ainsi bien partie pour perdre respectivement près de 20 et 15% sur le mois de novembre, soit leur repli le plus marqué depuis mars 2020 et le début de la pandémie de coronavirus.

Dans cet environnement très incertain, la réunion de l'Opep+ prévue jeudi sera encore plus surveillée qu'à l'accoutumée. Selon les stratèges de JP Morgan, l'irruption du variant Omicron pourrait servir de prétexte pour ralentir, voire suspendre, la hausse de production... Se projetant au-delà de la crise sanitaire, la banque américaine table dans une note publiée lundi, sur la poursuite de la hausse des cours, en estimant que l'Opep+ ne dispose pas d'assez de capacités disponibles pour relever sa production et satisfaire la demande mondiale. Le cours du Brent pourrait ainsi atteindre 125$ le baril en 2022 et même 150$ en 2023, en raison d'une capacité de réserve additionnelle de l'OPEP inférieure aux prévisions des experts. La banque estime que l'Opep+ pourrait faire une pause de trois mois dans sa production, puis l'augmenter chaque mois de 250.000 bj au plus pendant le reste de l'année...

L'hypothèse d'une pause de l'Opep+ avait déjà été évoquée la semaine dernière, lorsque Washington avait annoncé, le 23 novembre, le déblocage de réserves stratégiques en coopération avec d'autres grands pays consommateurs, dont la Chine et l'Inde. Joe Biden entendait ainsi faire baisser les prix de l'énergie et ralentir l'inflation.

"L'incertitude est grande quant à l'impact du variant Omicron sur la demande de pétrole, ce qui devrait rendre les prix du pétrole volatils au cours des prochaines semaines", estime Giovanni Staunovo, analyste chez UBS.

©2021-2022

Actualités Pétrole Brent

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités