Cotation du 01/03/2021 à 02h41 Pétrole Brent +1,86% 65,620$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : une série haussière impressionnante

Pétrole : une série haussière impressionnante

Toujours pas de consolidation sur le brut...

Pétrole : une série haussière impressionnante
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Toujours pas de consolidation sur le brut. Le pétrole pointe en très légère hausse en ce milieu de semaine, au plus haut depuis 13 mois, et pourrait aligner ce soir une neuvième séance consécutive de progression. Une série plus observée depuis plus de deux ans. Le baril de brut léger américain pour livraison mars gagne actuellement 0,4% à 58,5 dollars sur le Nymex tandis que le baril de Brent de la mer du Nord échéance avril avance de 0,4% à 61,3$ à Londres.

L'optimisme croissant concernant la reprise de la demande de carburant, couplée à la réduction de l'offre des principaux producteurs de brut, principalement l'Arabie Saoudite, restent les deux principaux soutiens du brut depuis plusieurs jours.

"On ne peut que se demander s'il y a encore du chemin à parcourir pour le rallye de cette semaine", explique Stephen Brennock, courtier chez PVM. "Cependant, en l'état actuel des choses, le pétrole n'a pas encore perdu de son éclat". "Les niveaux de prix actuels sont plus sains que le marché réel et dépendent entièrement des coupures d'approvisionnement, car la demande doit encore se rétablir", note pour sa part Bjornar Tonhaugen chez Rystad Energy.

Par ailleurs, alors que la prochaine réunion de l'Opep+ est prévue le 4 mars, l'Irak, via son ministre du pétrole, a estimé que le cartel ne changera probablement pas sa politique de production le mois prochain. Ihsan Abdul Jabbarsaid a souligné que le plus grand changement viendra de l'Arabie Saoudite, qui mettra probablement fin aux réductions quotidiennes unilatérales d'un million de barils après mars.

L'Irak, deuxième producteur au sein de l'Opep, s'est attiré les foudres de ses alliés pour avoir dépassé ses quotas à plusieurs reprises, et pour ne pas avoir compensé cet excédent malgré ses promesses répétées. Selon le ministre, l'Irak pompera 3,6 millions de barils par jour ce mois-ci si le gouvernement régional semi-autonome du Kurdistan se conforme aux souhaits de Bagdad. L'Irak avait dit qu'il plafonnerait également sa production quotidienne pour janvier à 3,6 millions de barils, mais il a fini par en pomper plus de 3,8 mbj. Au grand dam de ses partenaires.

Le prochain rendez-vous pour le marché pétrolier est fixé dans moins d'une heure avec la publication des stocks hebdomadaires américains. Des réserves attendues en retrait.

©2021,