Cotation du 19/04/2019 à 00h00 Pétrole Brent +0,49% 71,970$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : une flambée de 8% dans le sillage de Wall Street !

Pétrole : une flambée de 8% dans le sillage de Wall Street !

Les cours du pétrole ont rebondi d'environ 8% mercredi, profitant d'un répit sur le marché des actions aux Etats-Unis. Le cours de l'or noir avait plongé ces derniers jours dans la crainte d'un ralentissement de la croissance mondiale.

Pétrole : une flambée de 8% dans le sillage de Wall Street !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole, qui avaient plongé de plus de 6% lundi, à la veille de Noël, ont regagné mercredi le terrain perdu, à la faveur d'un rebond des marchés d'actions américains. Les dernières déclarations de Donald Trump, affirmant que la chute des Bourses était une "formidable opportunité d'acheter", ont notamment donné le signal du rebond à Wall Street (+5% pour le Dow Jones et +5,8% pour le Nasdaq composite mercredi soir!).

Sur le Nymex, le contrat à terme de février sur le brut léger américain WTI a rebondi mercredi soir de 8,68%, à 46,22$ le baril, tandis que le cours du Brent de Mer du Nord (contrat de février), est remonté de 7,93%, à 54,47$ le baril. Lundi, les deux types de pétrole avaient chuté de plus de 6%, le WTI retombant au plus bas depuis 18 mois, en juin 2017.

Depuis le début de l'année, le cours du baril de Brent a reculé de près de 20%, et il a cédé 38% par rapport à ses plus hauts annuels, atteints le 3 octobre dernier, à plus de 86$. Le baril WTI, de son côté, a reculé de 24% par rapport au 1er janvier, et d'environ 40% par rapport à son pic de début octobre, à près de 77$.

Les efforts de l'Opep suffiront-ils à soutenir les cours ?

Ces derniers temps, les cours de l'or noir ont été contaminés par les turbulences boursières, déclenchées par les craintes d'un ralentissement de la croissance mondiale en 2019. Le "shutdown" des administrations américaines depuis le 22 décembre et les attaques répétées de Donald Trump contre la politique monétaire de la Fed ont ajouté à la nervosité ambiante. Trump et son administration se sont cependant efforcés depuis mardi soir de démentir toute intention de limoger le président de la Fed, Jerome Powell.

Plus fondamentalement, les cours du pétrole restent agités par la difficulté d'anticiper le niveau de l'offre et de la demande l'an prochain. De nombreux experts prévoient un marché en situation d'excès d'offre, compte-tenu notamment du niveau élevé de la production des Etats-Unis, de la Russie et de l'Arabie saoudite en cette fin 2018. Cependant, l'Opep et ses alliés ont convenu début décembre de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour à partir du 1er janvier pour soutenir les prix.

Le 23 décembre, des responsables de l'Opep ont estimé que l'offre et la demande seraient à l'équilibre début 2019. Plusieurs ministres de pays de l'Opep, réunis au Koweït, ont ainsi indiqué que la baisse attendue de la production au début de l'année 2019, suivant l'accord dit Opep+, allait enrayer le recul des prix du baril.

©2018-2019,

Partenaires de Boursier.com