Cotation du 03/07/2020 à 19h30 Pétrole Brent -0,79% 42,800$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : réaction mitigée après l'accord historique

Pétrole : réaction mitigée après l'accord historique

Les analystes s'interrogent sur l'ampleur des coupes de production auxquelles les pays producteurs se sont engagés en signant dimanche un accord qualifié d'"historique". Ils craignent que ces efforts ne suffisent pas face au plongeon de la demande.

Pétrole : réaction mitigée après l'accord historique
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Sur les marché pétroliers, les cours ont réagi avec volatilité lundi, à l'annonce, la veille au soir, d'un accord qualifié d'"historique" entre l'Opep et d'autres pays producteurs, dont la Russie, les Etats-Unis et la Canada, pour réduire la production mondiale.

Lundi soir, le cours du baril de brut léger américain WTI a cédé 1,5% en clôture, à 22,41$ pour le contrat à terme de mai sur le Nymex, après avoir bondi de 8,7% en début de séance... Le Brent de la mer du Nord a fini en hausse de 0,8% à 31,74$ pour le contrat à terme de juin lundi soir, après un bond de 8% en début de journée. Les cours des deux variétés de pétrole ont abandonné respectivement 63% (WTI) et 52% (Brent) depuis le début de l'année, plombés par la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie, puis par l'effondrement de la demande face à la pandémie de Covid-19.

L'accord conclu dimanche soir stipule que l'Opep+ va réduire sa production de 9,7 millions de barils par jour par rapport à son niveau de production d'octobre 2018. Par ailleurs, trois autres pays, les Etats-Unis, le Brésil et la Canada, vont contribuer à l'effort pour 3,7 mbj supplémentaires.

Mais dans la mesure où la production actuelle de l'Opep+ est supérieure à celle à la date de référence d'octobre 2018, c'est un total de 14,5 Mbj (par rapport aux niveaux de production de début avril) qui seront retirés du marché par l'Opep+, selon des sources proches des négociations. Ainsi, selon des sources citées par l'agence 'Reuters', ce sont près de 20 millions de barils qui devraient sortir du marché pendant les mois de mai et juin, ce qui correspond à environ 20% de la demande mondiale avant la pandémie de Covid-19.

Donald Trump a lui aussi cité le chiffre effectif proche de 20 millions de barils par jour dans un tweet publié lundi.

Il reste que les experts doutent de l'efficacité de l'accord à soutenir durablement les cours, notamment parce que la demande mondiale a chuté encore davantage, de l'ordre de 30% à 35% en raison des mesures de confinements prises pour freiner la propagation de l'épidémie de Covid-19 dans le monde.

©2020,