Cotation du 12/08/2020 à 20h35 Pétrole Brent +2,20% 45,480$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : prises de bénéfices après l'accord de l'Opep+

Pétrole : prises de bénéfices après l'accord de l'Opep+

L'Opep et ses partenaires, dont la Russie, vont prolonger d'un mois, jusqu'à la fin juillet, leurs réductions de production de 9,6 millions de barils/jour. Après le récent "rally", les investisseurs ont pris des bénéfices sur l'or noir.

Pétrole : prises de bénéfices après l'accord de l'Opep+
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont fait l'objet de prises de bénéfices lundi, après la décision de l'Opep+, largement attendue, de prolonger d'un mois, jusqu'à la fin juillet, son accord de réduction drastique de la production.

Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet a cédé lundi 3,4% à 38,19$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août a reculé de 3,6% à 40,80$. La semaine dernière, le WTI avait bondi de 11,4% et le Brent de 11,8%, saluant les espoirs de reprise économique et de maîtrise de la production. Les cours reculent cependant encore de près de 40% par rapport à leur niveau du début 2020 (61$ pour le WTI et 66$ pour le Brent).

Samedi, les membres du cartel Opep et leurs partenaires, dont la Russie ont donc annoncé la prolongation pour un mois, jusqu'à la fin juillet, de leur accord conclu le 12 avril en vue de soutenir les cours de l'or noir. Ils s'étaient ainsi engagés à une réduction historique de leur production de 9,7 millions de barils par jour (mbj) pour les mois de mai et de juin, qui devait passer à 7,7 mbj à compter du 1er juillet. Les coupes resteront donc finalement de 9,6 mbj pour le mois de juillet, la légère différence s'expliquant par la position du Mexique qui refuse de se plier à l'effort du groupe.

Toutefois, l'Arabie saoudite, qui avait donné l'exemple en effectuant des coupes volontaires supplémentaires, allant au-delà de l'accord Opep+, a indiqué lundi qu'elle allait dès la fin juin relever sa production pour revenir à un respect strict de l'accord. Dans le sillage de l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït ont eux aussi décidé d'arrêter en juillet les coupes volontaires supplémentaires qu'ils s'étaient imposées en plus des coupes décidées au sein de l'accord Opep+.

La production libyenne de retour en force ?

Ce relâchement annoncé de trois membres de l'Opep a donné le signal des prises de bénéfices sur le marché pétrolier. Les cours du brut, qui avaient chuté jusqu'en terrain négatif pour les contrats à terme le 20 avril dernier, ont ensuite vivement rebondi, soutenus par les signes d'une reprise de la demande pétrolière à la faveur des mesures de déconfinement sanitaire prises en Chine, aux Etats-Unis et en Europe.

La demande mondiale reste toutefois bien inférieure à son niveau d'avant la crise du coronavirus, tandis que l'offre pourrait donc se relâcher un peu. De surcroît, la production libyenne pourrait prochainement augmenter, ce qui pourrait remettre en cause l'accord de l'Opep+. La Compagnie nationale de pétrole (NOC) libyenne a ainsi annoncé dimanche la reprise de la production sur l'un des plus importants champs pétroliers du pays. La production avait été bloquée depuis janvier par les forces alliées au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est du pays.

©2020,