Cotation du 18/04/2019 à 13h10 Pétrole Brent +0,21% 71,770$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : les cours peinent à rebondir après les attaques de Trump

Pétrole : les cours peinent à rebondir après les attaques de Trump

Les cours du brut se remettaient difficilement, mardi, du coup de tabac déclenché la veille par un tweet de Donald Trump fustigeant le pétrole trop cher et demandant à l'Opep de "se calmer".

Pétrole : les cours peinent à rebondir après les attaques de Trump
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Donald Trump a mis un coup d'arrêt au récent "rally" des cours pétroliers, qui a fait remonter les prix du brut à leurs plus hauts niveaux depuis trois mois.

"Les prix du pétrole deviennent trop élevés. L'Opep, s'il vous plaît, détendez-vous et gardez votre calme. Le monde ne peut pas encaisser une hausse des prix - trop fragile !", a ainsi fustigé le président américain, lundi, dans un tweet.

La réaction a été immédiate, le cours du brut léger américain WTI a chuté de 3,1% et le Brent de 3,5% lundi soir à la clôture du Nymex.

Mardi, les cours se sont stabilisés mais ne parvenaient pas à rebondir franchement. Le contrat à terme de mars sur le brut léger américain WTI est resté quasi-stable (+0,04%) à 55,50$ le baril sur le Nymex, tandis que l'échéance d'avril sur le Brent a regagné 0,69% à 65,21$.

Les cours soutenus par la perspective d'une offre limitée

Depuis leur plus bas annuel atteint à Noël dernier, les cours du WTI et du Brent ont tous deux regagné environ 30%. Les prix ont été soutenus par le nouvel accord de l'Opep+ s'engageant à limiter sa production, ainsi que par une dégringolade de la production du Venezuela, appelée à s'aggraver encore après l'annonce de nouvelles sanctions américaines. Par ailleurs, les espoirs croissants de parvenir à un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine ont rassuré les investisseurs sur la demande mondiale.

En 2018, Donald Trump avait déjà multiplié les critiques similaires contre les prix trop élevés du pétrole, et de nombreux analystes jugent que cela avait conduit l'Arabie saoudite, qui dépend de son alliance géopolitique avec les Etats-Unis, à augmenter sa production au deuxième semestre. Résultat : les cours du brut avaient plongé de 40% entre octobre et décembre 2018, avant d'entamer un rebond après Noël.

©2019,

Partenaires de Boursier.com