Cotation du 22/01/2022 à 00h00 Pétrole Brent -0,55% 87,890$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : le WTI retrouve les 82$, Omicron fait moins de dégâts que redouté

Pétrole : le WTI retrouve les 82$, Omicron fait moins de dégâts que redouté

La demande mondiale de pétrole s'est avérée plus forte que prévu ces dernières semaines, le variant Omicron n'impactant pas l'économie aussi fortement...

Pétrole : le WTI retrouve les 82$, Omicron fait moins de dégâts que redouté
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La demande mondiale de pétrole s'est avérée plus forte que prévu ces dernières semaines, le variant Omicron n'impactant pas l'économie aussi fortement que redouté. "La dynamique de la demande est plus forte que ce que beaucoup d'observateurs du marché pensaient, principalement en raison des attentes plus douces au niveau d'Omicron", a ainsi déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Les cours du pétrole ont poursuivi leur "rally" mercredi après ces déclarations, également soutenus par la publication d'une nouvelle baisse des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis, désormais retombés au plus bas depuis 2018. Le baril de brut léger américain WTI a gagné 1,8% à 82,64$ (contrat à terme de février sur le Nymex), tandis que le Brent de Mer du nord a avancé de 1,13% à 84,67$ (contrat de mars), au plus haut depuis deux mois.

Outre un moindre impact de la pandémie sur la demande de carburant, le baril de pétrole est également soutenu depuis plusieurs semaines par les difficultés d'exploitation rencontrées par plusieurs grands pays producteurs. "Nous voyons que certains des principaux producteurs, notamment le Nigeria, la Libye et aussi l'Équateur, connaissent de graves perturbations au niveau de l'approvisionnement", souligne ainsi M. Birol.

Dans son dernier rapport mensuel, l'agence basée à Paris anticipait une baisse de la consommation mondiale de carburant de 740.000 barils par jour ce trimestre, par rapport aux trois mois précédents, la nouvelle épidémie de virus s'ajoutant au ralentissement saisonnier habituel de la demande. Une estimation qui pourrait être révisée le 19 janvier, date de publication du prochain rapport mensuel de l'AIE.

"Omicron n'a pas encore fait les ravages du variant Delta et pourrait ne jamais le faire, maintenant la reprise mondiale sur la bonne voie", affirme Jeffrey Halley, analyste chez OANDA. Jerome Powell s'est lui aussi montré rassurant mercredi. Face aux sénateurs, le patron de la Réserve fédérale a confirmé sans grande surprise que la Fed s'apprêtait à entamer la normalisation de sa politique monétaire. L'économie américaine, désormais en phase de reprise solide, n'a "plus besoin et ne veut plus" des politiques ultra-accommodantes justifiées par la crise sanitaire du coronavirus, a-t-il fait remarquer. Il a souligné que l'économie se développe à son rythme le plus rapide depuis de nombreuses années et que le marché du travail demeure solide malgré la vague du variant Omicron.

©2022

Actualités Pétrole Brent

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités