Cotation du 19/04/2019 à 00h00 Pétrole Brent +0,49% 71,970$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : le "rally" de début d'année s'accélère !

Pétrole : le "rally" de début d'année s'accélère !

Les cours de l'or noir ont bondi mercredi d'environ 5%, aiguillonnés par les espoirs d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

Pétrole : le 'rally' de début d'année s'accélère !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après un plongeon de l'ordre de 40% au 4ème trimestre 2018, les cours du pétrole ont vivement rebondi depuis le début de l'année. Mercredi, ils ont flambé d'environ 5% après des avancées en vue d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, ce qui réduit les risques d'un net ralentissement de l'économie mondiale. En outre, les investisseurs anticipent la baisse de production à laquelle l'Arabie saoudite et l'Opep, ainsi que leurs alliés dont la Russie, se sont engagés à partir de janvier 2019 dans le but de soutenir les cours.

Mercredi soir, les cours du baril de brut léger américain (WTI) ont terminé au-dessus de 50$ et ceux du Brent ont franchi les 60$ ! Le contrat à terme de février sur le WTI a flambé de 5,18%, à 52,36$, tandis que l'échéance mars sur le Brent a pris 4,63%, à 61,44$. Depuis le début de 2019, le WTI a désormais regagné plus de 15%, et il a rebondi de plus de 23% par rapport à ses plus bas niveaux du 24 décembre dernier, à 42,36$.

La Chine prête à accroître ses achats de produits pétroliers américains

Les chiffres des stocks pétroliers hebdomadaires aux Etats-Unis sont ressortis contrastés ce mercredi, avec une baisse des stocks de brut, mais une hausse des réserves de produits transformés. Ainsi, selon le rapport du Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de pétrole brut ont baissé de 1,7 million de barils (moins que prévu par le consensus), à 439,7 millions de barils. En revanche, les stocks d'essence ont progressé de 8,1 mb, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont grimpé de 10,6 mb.

Les cours du pétrole ont surtout été soutenus par l'espoir d'un accord commercial entre les deux les grandes puissances mondiales. A l'issue de trois jours de négociations qui se sont achevées ce mercredi à Pékin, le Bureau du représentant américain au commerce a fait savoir que la Chine s'est engagée à acheter "une quantité substantielle" de produit agricoles et pétroliers aux Etats-Unis, ainsi que des produits manufacturés. Par ailleurs, la Banque populaire de Chine (BPC) a promis mercredi de soutenir davantage l'économie réelle pour faire face à la détérioration des conditions économiques.

De son côté, l'Opep a commencé à réduire sa production dès décembre, anticipant la mise en oeuvre de l'accord conclu avec d'autres pays producteurs dont la Russie, pour réduire de 1,2 million de barils par jour les pompages à partir de janvier. Le ministre saoudien de l'Energie s'est dit mercredi confiant que cette réduction de la production permettra d'équilibrer le marché cette année.

Les analystes ont revu en baisse leurs prévisions de cours pour 2019

Depuis début octobre, les cours du pétrole avaient plongé dans la crainte d'un excès d'offre de brut, qui coïnciderait en 2019 avec un ralentissement prononcé de la croissance mondiale. Cependant, ces deniers jours, un certain nombre d'experts du secteur pétrolier ont estimé que la récente baisse avait été excessive.

Il reste à savoir jusqu'où le "rally" pétrolier actuel pourra se prolonger, en sachant que de nombreux analystes ont réduit ces derniers jours leurs prévisions de cours pour 2019. Ainsi, dans une note publiée le 6 janvier à l'attention de ses clients, la banque d'affaires Goldman Sachs vise désormais un prix moyen de 55,50$ en 2019 pour le baril de WTI (contre 64,50$ attendu jusqu'ici), et de 62,50$ pour le Brent (contre 70$ auparavant).

Parmi les autres experts du secteur, ceux de Société Générale ont également abaissé leurs prévisions de prix de 9$ par baril, pour revenir à 64,25$ pour le Brent et à 57,25$ pour le WTI. Les analystes de la banque suisse UBS de leur côté, sont plus optimistes et visent 70$ pour le baril de Brent dans les trois à six mois.

©2019,

Partenaires de Boursier.com